RMC Sport

Montpellier solde l’ère Karabatic

Nikola Karabatic

Nikola Karabatic - -

Alors que le joueur a officiellement rejoint Aix-en-Provence ce vendredi pour y terminer la saison, Montpellier tourne la page Nikola Karabatic. Dirigeants comme joueurs espèrent retrouver de la sérénité.

Pendant près d’une heure vendredi matin, dans les salons de l’hôtel Marriott à Montpellier, le tandem à la barre du MAHB, Rémy Lévy et Patrice Canayer, a beaucoup plus parlé du départ de Nikola Karabatic que de Valence ce soir en Coupe de France ou de Toulouse ce week-end en championnat. Vingt-quatre heures après l’annonce de la rupture de contrat du demi-centre international, la direction du club n’a eu qu’un mot à la bouche : « sérénité ». Le président Lévy a été on ne peut plus clair : « Ça devenait trop compliqué, il fallait retrouver de la sérénité ».

Et l’avocat a expliqué le montage financier qui a permis le départ du joueur vers le PAUC d’Aix-en-Provence, où il a officiellement rejoint ce vendredi son frère Luka jusqu’à la fin de la saison. « Le club a mis de l’argent, le joueur a participé et il y a les économies de salaire. Mis bout à bout, cela correspond aux 500 000 euros que nous demandions ». Lévy a tenu à préciser, qu’au nom de ce besoin de sérénité, le club avait satisfait à la demande de Karabatic de partir, mais que cette situation était exceptionnelle. « La porte s’est ouverte une fois, elle ne se rouvrira plus beaucoup ».

Canayer « Karabatic-compatible »

Patrice Canayer, le manager général des champions de France, a parlé de « sagesse » et joué la carte de l’apaisement, alors que la dernière année a été émaillée d’accrochages entre les deux hommes. « J’étais compatible avec Nikola, malgré mon coup de colère en mai dernier, assure-t-il. Il a contribué à nous faire gagner des titres, il a rempli l’Arena, mais il y a eu aussi des côtés moins positifs. » Chassez le naturel, il revient au galop… « Il ne faut pas oublier que pendant les quatre années de Nikola à Kiel, Montpellier a continué à gagner des titres ». Cette saison, ça parait mal engagé.

Deuxième de la D1, la forteresse du hand hexagonal a pour objectif lors de la phase retour de revenir sur le Paris Handball, confortable leader (+6 points). « La deuxième partie de saison sera plus difficile après le départ de Mamelund (international norvégien, ndlr) et Nikola, admet le taulier du groupe Michaël Guigou, mais la priorité était de retrouver la sérénité dans le vestiaire. » En provenance du Palais de justice, les soubresauts pourraient cependant continuer à alimenter le quotidien extra-sportif du MAHB. C’est ce à quoi s’attend Canayer. « L’actualité judiciaire ne rendra pas au club sa sérénité totale pendant encore quelques temps », pronostique le manager…

Louis Chenaille (avec J.L. à Montpellier)