RMC Sport

Objectif Londres 2012

Après le bon Mondial des Bleues, l'arrière française se projette vers les JO 2012.

Après le bon Mondial des Bleues, l'arrière française se projette vers les JO 2012. - -

Arrivées sur la pointe des pieds en Chine, les handballeuses françaises ont changé de statut. Médaillées d’argent, elles regardent désormais en direction de Londres et des prochains Jeux Olympiques.

Une médaille d’argent autour du cou, probablement quelques cernes sous les yeux, les handballeuses tricolores sont de retour ce mardi matin sur le sol français. Après avoir atterri à 5h30 du matin à Roissy, une journée marathon attend les vice-championnes du monde. Plus épuisante qu’un match face à la Russie ? Pas loin. Après un petit déjeuner au ministère des Sports avec Rama Yade à 9 heures, les partenaires de Siraba Dembélé donneront une conférence de presse à midi dans les locaux de Canal Plus. Suivra une longue tournée des médias avec notamment un passage au Moscato Show sur RMC.

Les nombreuses questions qui leur seront posées les renverront très vite à Nankin, en Chine, où elles ont décroché la médaille d’argent après avoir échoué en finale face à la Russie (25-22). Mais il sera également question d’avenir. Et l’avenir, c’est Londres et les Jeux Olympiques de 2012.

Tervel : « Les JO, c’est l’objectif suprême »

L’incroyable épopée chinoise autorise les rêves les plus fous. Décrocher l’or dans deux ans ? Et pourquoi pas ? « Les JO, c’est l’objectif suprême », assure Raphaëlle Tervel, la capitaine de l’équipe de France. La jeunesse du groupe est une source d’espoir. En 2012, une grande partie des joueuses tricolores n’auront pas encore 25 ans. D’ici là, Camille Ayglon, Claudine Mendy ou encore Marion Limal vont prendre de la bouteille et gommer leurs défauts. « Les jeunes ont montré qu’elles avaient du potentiel, se réjouit Olivier Krumbholz, le sélectionneur des Bleues. On a trouvé une ossature pour les JO de Londres et même au-delà. Maintenant, il faut mettre de la concurrence dans le groupe, continuer à travailler. »

Siraba Dembélé, celle qui avait sonné la révolte face à la Suède (23-21) aura 23 ans en 2012. Malgré sa jeunesse, l’arrière de l’équipe de France ne veut pourtant pas s’enflammer. « On a un bon groupe avec un bon état d’esprit. On va se rappeler de cette compétition toute notre vie. Mais on a encore du boulot. » L’arrière gauche Marion Limal va dans le même sens : « Ce n'est pas parce qu'on a fait une médaille que tout va nous tomber tout cuit dans le bec. On commence à être un peu connues et on sera attendues. »

Reste à se qualifier…

Cette prudence est bienvenue. Malgré son nouveau statut, l’équipe de France n’est pas assurée de participer aux JO, les Bleues n’étant pas encore sûres de participer aux championnats du monde 2011, qualificatifs pour les Jeux Olympiques. Il n’est donc pas question de fanfaronner. L’entraîneur Olivier Krumbholz, en poste depuis 2008 et champion du monde en 2003, a sa méthode : « Il faut être impitoyable avec elles pour qu'elles ne tombent pas dans le confort, soutient-il. Quand on est sportif de haut niveau et qu'on tombe dans le confort, ça ne marche plus parce que c'est un milieu impitoyable. »

La rédaction - AB