RMC Sport

Paris suspects – Karabatic droit dans ses bottes

Nikola Karabatic

Nikola Karabatic - -

Pendant trois heures, la star de l’équipe de France s’est expliquée, à Montpellier, devant le juge qui instruit l’affaire des paris suspects. Le joueur maintient qu’il n’a pas effectué de mises. La défense demande l’abandon des poursuites.

Nikola Karabatic s’est montré très détendu, mardi, pour sa convocation devant les deux juges qui instruisent l’affaire des paris suspects, pris à la mi-temps du match Cesson-Montpellier, le 12 mai 2012. La vedette du MAHB et de l’équipe de France s’est présentée au Palais de Justice de Montpellier, flanquée de sa compagne Géraldine Pillet, et de ses deux avocats Me Phung et Corbier. Déterminés à jouer la carte de la transparence devant les caméras, Karabatic et ses proches se sont rendus au tribunal à pied. La veille, c’était au tour de ses partenaires de club, Tej et Gajic. La semaine dernière, c’est son jeune frère, Luka, transféré à Aix-en-Provence, et sa compagne Jennifer Priez, qui étaient entendus.

Le demi-centre international n’a pas changé d’un iota sa version des faits et ce, en dépit de la publication mercredi dernier, dans la presse, d’éléments contenus dans son Smartphone et son ordinateur portable, qui viennent fragiliser la défense du handballeur. « C’est ce que j’ai toujours dit. Ce n’est pas une question de maintenir (ma version) ou pas. C’est ce qui s’est passé. » Jean-Robert Phung affirme que ce n’est pas son client qui a utilisé l’application Parions Sport la veille et le jour du match.
Alors que ces derniers jours ses avocats et le club se sont livrés à une guerre des communiqués, Karabatic a égratigné, à mots voilés, la presse ainsi que le manager du MAHB, Patrice Canayer. « Je pense que vous aurez accès à mon audition très rapidement par des sources sécrètes. »

La défense demande l’abandon des poursuites

La défense veut aller vite et entend demander la semaine prochaine une ordonnance de non-lieu pour les deux frères Karabatic. « Le pari ne relève pas du juge pénal, mais du juge disciplinaire », justifie Me Phung. En attendant un éventuel abandon des poursuites, N. Karabatic a rendez-vous ce mercredi devant la commission de discipline de la LNH.
S’il reste sur sa ligne de défense, il ne devrait pas craindre grand-chose. Son frère Luka, qui a admis avoir parié, pourrait écoper de six matches. Reste à savoir si le parquet de Montpellier est sur la même longueur d’onde que Karabatic et ses conseillers.

Louis Chenaille (avec J.L. à Montpellier)