RMC Sport

Porte, l’homme pressé

Valentin Porte

Valentin Porte - -

Alors que la France, d’ores et déjà qualifiée pour les 1/2 de l’Euro, joue ce mercredi pour du beurre contre la Suède, Valentin Porte est devenu l’un des pions essentiels d’Onesta. Mais d’où vient ce prodige à la trajectoire express ? Portrait

Son parcours aurait pu être tout autre, et épousé les contours d’un terrain aux dimensions voisines et lui aussi doté d’une zone. Sur les traces de son père, ancien international, Valentin Porte se destine malgré lui au hockey sur gazon. Mais très vite, la vocation de ce « nouvel Expert » semble s’éveiller pour le hand. En Eure-et-Loir, là où tout a commencé, Valentin débute dans les cages comme gardien. Mais garder un précieux gaucher entre deux poteaux relève du gâchis pour le pôle espoir de Chartres, où le jeunot décide de tenter sa chance. Libéré de ces filets, l’aventure peut ainsi débuter à l’aile.

Après avoir fait ses armes au HBC Toury, le natif de Versailles intègre le Mainvilliers-Chartres HB (de 2006 à 2008). Progressant à la vitesse grand V, il devient rapidement le petit bijou convoité par les grands clubs français. Alain Raynal, responsable du centre de formation de Toulouse, est le plus convaincant et parvient à l’attirer dans ses filets. L'affaire est conclue. A tout juste 18 ans, il débarque dans la cour des grands et intègre donc l’élite.

Un début de carrière en accéléré

Appelé pour la première fois en équipe de France en janvier dernier en vue du Mondial 2013, Porte ne tarde pas à s’imposer. Impressionné par le phénomène, Claude Onesta en fait sa doublure de Luc Abalo même s’il doit « l’économiser malgré lui ». Et de préciser : « Il faudrait qu’il apprenne à gérer la durée d’un match et de ne pas se mettre dans le rouge tout de suite. C’est la générosité de la jeunesse. » Un an plus tard, rebelote. Cette fois-ci, c’est l’absence sur blessure de Xavier Barachet qui le mène aux portes de cet Euro 2014. Bien plus qu’une simple doublure, le Toulousain va s’imposer comme le meilleur joueur français durant la préparation et les trois matches de Golden League.

« C’est le prototype du joueur d’avenir, détaille Jérôme Fernandez, le capitaine des Bleus, coéquipier de Porte au Fenix Toulouse Handball. C’est-à-dire un jeune qui arrive avec du talent, qui a déjà compris beaucoup de choses sur ce qu’il doit mettre en place à côté du terrain pour être meilleur sur le terrain. En plus, il a la capacité d’absorber les informations et de les appliquer très vite. » Discret, poli, bosseur, bourré de talent et de culot, le gaucher toulousain de 23 ans est devenu indispensable aux Experts, au point d'être élu meilleur joueur du match face à la Biélorussie. Avec lui, la relève est assurée.

>>> Dix choses à savoir sur les Experts de 2014

>>> Dinart, un Expert sur le banc

>>> Toute l'actualité du Handball

Charlotte Couratin