RMC Sport

Pour devenir les « Intouchables »

Les Experts

Les Experts - -

Les Bleus de Claude Onesta entament la défense de leur titre européen, ce lundi, face à l’Espagne (18h15). A un peu moins de sept mois des Jeux de Londres, ceux qu’on appelle encore les « Experts » veulent poursuivre leur infernale razzia de couronnes, entamée en 2008 à Pékin.

Pékin 2008. Split 2009.Vienne 2010. Malmö 2011. Quatre villes, quatre dates pour autant de moments de bonheur. Jeux Olympiques, Mondial, Euro et encore Mondial : l’équipe de France de handball masculine a tout raflé ces quatre dernières années. De quoi aborder avec confiance et certitude le championnat d’Europe 2012, que les Bleus démarrent ce lundi (18h15) face à l’Espagne. Mais Claude Onesta douche tout enthousiasme. « Notre préparation a été courte et pas aussi fluide qu’on l’aurait voulue. A part la semaine de Capbreton qui a été utile et posée, on a eu la bougeotte. Il y en a toujours un qui éternue, un autre qui a un petit bobo, un autre qui a sommeil. Quel que soit le problème des uns et des autres, Il est temps d’entrer dans la compétition. Il faut arrêter de se plaindre, arrêter de discuter et d’échanger. »

Bougon, le guide des Experts. Mécontent des derniers entraînements de ses joueurs, au point d’avoir organisé un quasi huis clos ce dimanche, le sélectionneur tricolore attend une remobilisation générale. Michaël Guigou, vendredi soir après le deuxième succès en amical contre la Norvège (28-24), ne disait pas autre chose. « Il faut entrer dans le dur, augmenter le niveau d’agressivité, monter l’électricité ambiante à la veille d’un match de très haut niveau ». On l’aura compris : Onesta et ses hommes ont encore faim. Cet Euro, qui pointe au même calendrier que les JO de Londres, n’est pas à galvauder. « Bien sûr qu’on a les JO au mois de juillet, appuie Nikola Karabatic. Que c’est un objectif énorme pour nous. Mais on est à l’Euro. On a un titre à défendre. On y va pour gagner.»

G. Joli : « Chaque pays fera son championnat d’Europe contre nous »

Les Français sont déterminés à conserver leur brevet d’invincibilité. Un vrai challenge face à la meute qui s’avance. « Le fait d’avoir gagné les quatre dernières compétitions explique cela, résume Guillaume Joli. On est l’équipe à battre. Chaque pays fera son championnat d’Europe contre nous. » L’Espagne donc, 3e du dernier Mondial, « une des meilleures équipes de la compétition » selon Onesta, mais aussi la Hongrie et la Russie, les autres pensionnaires du groupe C, attendent les Bleus de pied ferme. « Non, on n’est pas imbattable, rectifie ‘Kara’. Il y a deux-trois mois, on a été battu en match de préparation par la Slovaquie (28-30). » Avant d’ajouter : « Mais on veut l’être. Perdre, ça nous arrivera un jour. J’espère que ce ne sera pas ce mois-ci. Et quand on voit les garçons qui composent cette équipe, ne pas être champion d’Europe serait un échec. » On en reparle dans deux semaines ?