RMC Sport

Roiné, le Français qui joue pour le Qatar

-

- - -

Champion du monde 2011 avec les Bleus, Bertrand Roiné retrouve l’équipe de France ce samedi (17h) à Bercy dans le cadre de la deuxième étape de la Golden League. Mais il évoluera sous le maillot du… Qatar. Portrait.

De nos jours, associer les mots Qatar et sport français revient très souvent à parler du PSG. Mais désormais, il faudra aussi évoquer les Bleus champions du monde de handball 2011. Bertrand Roiné, pour être précis. Sacré sur la scène planétaire il y a trois ans, l’arrière gauche tricolore était l’un des cadres de Chambéry de 2006 à 2012. Cette année-là, Roiné quitte le club savoyard avec qui il n’a pas pu trouver d’accord sur la suite de sa carrière. Un ami handballeur va alors lui vanter les bienfaits du Qatar, pays où lui-même évolue déjà. L’ancien international français se laisse tenter et signe un contrat pour le club de Lakhwiya. Un changement de vie radical mais qui sied bien au garçon, notamment sur le plan financier.

« On vit quand même bien là-bas avec ma famille, il y a le soleil, la vie est plutôt agréable, explique celui qui est aussi passé par Angers et Dunkerque. J’ai aussi fait un choix financier. Je gagne peut-être une fois et demi ce que je gagnais en France, où il y a des impôts et des taxes, et il y a beaucoup d’avantages : ils nous donnent la maison, on ne paie pas l’électricité, l’eau ou la voiture et l’essence ne coûte rien. Il y a peut-être moins de plaisir parce que je ne joue pas la Ligue des champions mais il me reste environ trois années à faire et je prépare l’après-handball en gagnant un peu plus d’argent. »

« Un pari sportif »

Quelques mois après son arrivée, le sélectionneur espagnol du Qatar, Valero Riberi, lui propose de rejoindre la sélection. Roiné participe à quelques stages et finit par accepter. La tête tournée vers les perspectives d’avenir et notamment le championnat du monde 2015 organisé au… Qatar. « Si tu joues avec l’équipe nationale du Qatar, tu peux rejouer un Mondial, donc c’est intéressant, confirme l’intéressé, 32 ans. C’est vraiment un pari sportif. Je voulais rejouer des matchs internationaux, un Mondial et puis après peut-être des qualifications pour les Jeux olympiques. » Reste une question. Le Qatar a-t-il mis la main à la poche pour s’assurer ses services ? Le pays ne lui a fait aucune proposition financière pour être naturalisé et lui donne simplement un passeport qatari sans lui accorder la « vraie » nationalité aux avantages très importants exclusivement réservée aux Qataris.

« Beaucoup me parlent du financier mais ils ne m’ont pas proposé d’argent, je ne gagne rien pour jouer avec l’équipe nationale, confirme le Français. J’ai juste, comme avec l’équipe de France, des indemnités journalières. Ils ne m’ont pas dit : ‘‘Pour changer de nationalité, on va te donner tant’’. » Au cours de ce mois, le délai de trois ans à respecter entre son dernier match officiel avec les Bleus et son premier avec le Qatar sera passé. Et Roiné pourra étrenner ses galons d’international qatari en compétition à l’occasion des championnats d’Asie fin janvier. En attendant, il y a les rencontres amicales. Dont un certain rendez-vous avec l’équipe de France ce samedi (17h) à Bercy à l’occasion de la deuxième étape de la Golden League (compétition en trois étapes disputées en Norvège, en France et au Danemark avec ces trois pays plus un invité à chaque fois), étape préparatoire sur la route de l’Euro (12-26 janvier) pour les Bleus. « C’est un match particulier pour moi, c’est vrai, avoue l’ancien joueur de Chambéry. Quand je vais m’échauffer, je vais voir les copains en face. Puis je vais entendre l’hymne national. Je suis parti depuis peu de temps et je reste français. » Même avec les couleurs du Qatar sur le dos.

A lire aussi :

>> Les Bleus sans Soudry

>> Fernandez : "On a moins de marge qu'avant"

>> Guigou y croit pour Omeyer

A.H. avec Loïc Briley