RMC Sport

Un Mondial pour tout oublier

Luc Abalo

Luc Abalo - -

Le championnat du monde débute ce vendredi en Espagne. La France s’y présente en tant que double tenante du titre. Seulement les Experts veulent davantage que conserver leur couronne : redorer leur blason et laver leur réputation.

Les « Experts » viennent à peine de poser le pied en Espagne pour le championnat du monde et déjà, l’opération reconquête débute. Une opération complexe puisque les Bleus débarquent dans la peau de doubles tenants du titre, avec l’or décroché en Croatie en 2009 puis conservé en Suède en 2011. Mais ils voudront aussi tourner la page d’une fin d’année noire pour le handball tricolore, avec l’affaire des paris suspects autour de Cesson-Montpellier qui a vu être mis en examen plusieurs joueurs de l’équipe de France (Nikola Karabatic, Samuel Honrubia). Un trouble qui a succédé à la destruction par Claude Onesta et certains éléments du groupe du studio de L’Equipe TV dans la foulée du sacre olympique, en août.

Quelle influence tout cela peut-il avoir sur l’équipe de France ? Onesta, le sélectionneur, tente d’évacuer la question. « Pour nous, ça reste de l’ordre des faits divers. Ce qui nous intéresse, c’est ce pourquoi on est rassemblé et c’est le maillot que l’on porte. Ça suffit pour nous mobiliser, le reste, ça reste à la porte parce que ce n’est pas invité à la table de l’équipe de France ». Mais il suffit de gratter un peu la carapace de l’équipe de France pour voir apparaître la cicatrice. Une équipe marquée malgré tout, où le souci d’exemplarité revient dans toutes les bouches.

Une image à soigner

« Collectivement, c’est sûr qu’on a une image à rattraper, reconnaît Luc Abalo. On a tous fait des erreurs. Mais après, ça n’est pas la victoire qui nous permettra de faire oublier ça, mais un comportement global. » Même son de cloche chez Onesta : « C’est une nécessité de montrer encore plus d’exemplarité. On a été très longtemps porteurs de valeurs et on a appris que ça pouvait très vite basculer ». L’équipe de France devra se montrer irréprochable sur et en dehors du terrain, sous peine de voir la balance pencher définitivement du côté des critiques. Un objectif qui sera dans toutes les têtes dès le premier match du Mondial, samedi (20h45), face à la Tunisie.

Pierre Ammiche avec Rodolphe Massé