RMC Sport

Beigbeder : « Nous avons un dossier exceptionnel »

Charles Beigbeder, patron d'Annecy 2018, aura la tache de faire gagner la candidature française pour l'obtention des JO 2018

Charles Beigbeder, patron d'Annecy 2018, aura la tache de faire gagner la candidature française pour l'obtention des JO 2018 - -

A peine désigné, le nouveau patron de la candidature d’Annecy 2018 se veut résolument optimiste quant aux chances de victoire de son « bébé ».

Charles Beigbeder, dans quel état d’esprit êtes-vous après avoir été choisi comme patron de la candidature d’Annecy 2018 ?
On va gagner parce qu’Annecy 2018 détient toutes les qualités pour l’emporter. Face à Munich et face à la Corée, je suis d’ailleurs très confiant. Et c’est ça justement qui va faire qu’on va vite oublier ces quelques semaines d’hésitation sur la gouvernance. Les qualités du projet sont vraiment exceptionnelles.

Comment expliquer justement tous les soubresauts autour de cette candidature ?
Il y a une perception légèrement négative depuis quelques semaines à cause de quelques désaccords sur la gouvernance. J’espère qu’on va gommer tout ça et j’y vais pour ça. Un directeur général va être nommé, un préfet de haute stature, Pierre Mirabaud. Il sera nommé lundi. Guy Drut sera notre vice-président. Et l’engagement de l’Etat est un autre signe très fort. C’est un dossier exceptionnel.

Quelle va être la marche à suivre désormais ?
On entre dans la phase finale. Durant les six mois qui nous sépare de Durban, il nous faut convaincre le CIO. Il faut donc orienter cette candidature vers l’international et parler de ce produit extraordinaire au monde entier pour que les membres du CIO décident in fine en notre faveur.

Le budget de la candidature sera-t-il suffisant pour rivaliser avec vos adversaires ?
Ce n’est pas si important que ça. 20M€, c’est déjà un beau budget. Il faudra aller chercher des acteurs privés. Mais ils ne demandent que ça. On va les rassembler. Et ça, c’est quelque chose que j’ai l’habitude de faire. On aura de l’argent. Beaucoup moins que la Corée et l’Allemagne, c’est vrai, mais ce n’est pas le sujet. Nous, on veut faire des Jeux qui reviennent aux racines.