RMC Sport

"Chaud. Froid. Pour toi", le slogan des JO d'hiver 2014 laisse sceptique

JO d'hiver 2014 de Sotchi en Russie

JO d'hiver 2014 de Sotchi en Russie - -

"La Russie est un pays de contrastes et nous voulions le souligner dans notre slogan", a expliqué le chef du Comité d'organisation des JO de Sotchi, Dmitri Tchernychenko.

"Chaud. Froid. Pour toi". Ca ressemble à un DM fail d'Eric Besson et pourtant, il s'agit du slogan choisi par la Russie pour les jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi.

Rendu public mardi, le slogan laisse perplexe. "La Russie est un pays de contrastes et nous voulions le souligner dans notre slogan", a expliqué le chef du Comité d'organisation, Dmitri Tchernychenko à l'occasion d'une conférence de presse pour célébrer le J-500.

"Ici, le climat est froid mais on est chaleureusement accueilli. Les JO se dérouleront en hiver mais dans une ville chaude du Sud et nous pouvons continuer longtemps à énumérer ces contrastes", a-t-il ajouté, sans convaincre.

La version anglaise officielle du slogan est "Hot. Cool. Yours". Aucune traduction officielle en français n'a été fournie. La traduction littérale de la version originale en russe serait: "Chauds (les JO, ndlr). D'hiver. Les tiens".

Le comité a précisé qu'il faisait ainsi référence à la ville balnéaire de Sotchi, à ses palmiers sur les bords de la mer Noire surplombés par les montagnes du Caucase où auront lieu les épreuves alpines. Le slogan évoque aussi la promesse de compétitions sportives acharnées et l'hospitalité des Russes.

Le slogan raillé sur le web

Les commentaires ont fleuri aussitôt sur internet :

"Le slogan officiel des JO sonne comme une pub pour le téléphone rose", écrit sur Twitter Sergueï Evdokimov. "Chaud. Froid. Pour toi. Ce n'est pas une pub pour des putes ou des bottes, c'est le slogan officiel des JO de Sotchi", a écrit Oksana Kalinina. "Ce n'est pas le slogan d'un bordel pour étrangers... C'est la devise des JO de Sotchi", a encore écrit un internaute se présentant comme "Surkov".

Vladimir Poutine n’a, lui, pas encore réagi...

Samuel Auffray avec AFP