RMC Sport

Coquard, de l’argent pour un avenir doré

Bryan Coquard

Bryan Coquard - -

A 20 ans, Bryan Coquard a décroché ce dimanche aux Jeux Olympiques de Londres la médaille d’argent de l’omnium. Talent prometteur, il est déjà très attendu par Jean-René Bernaudeau, le manager d’Europcar, qu'il rejoindra en 2013.

Cent soixante-neuf centimètres en argent. Si par la taille, Bryan Coquard est le plus petit Français médaillé aux Jeux Olympiques 2012, il n’est pas celui qui va susciter le moins d’espoirs dans les semaines et les mois à venir. Vainqueur de l’omnium ce dimanche sur la piste du Vélodrome de Londres, le Nazairien (20 ans) concrétise déjà un talent que certains ont remarqué et qui peut-être, se transformera en victoires sur la route dans un futur plutôt proche. Membre de la pépinière Vendée U, centre de formation d’Europcar, il évoluera bientôt aux côtés de Thomas Voeckler et Pierre Rolland, les héros du Tour de France.

« Bryan va intégrer l’équipe au 1er janvier, a expliqué Jean-René Bernaudeau, le manager d’Europcar, sur RMC. On attend avec impatience ses premiers pas sur la route, où il se comporte déjà admirablement bien avec les professionnels. » Le 21 juillet dernier, à une semaine de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, il a brillé lors de la sixième manche de la Coupe de France des clubs, à Chaillac (Indre). « Dans un final assez corsé, il s’est retrouvé en tête avec six ou sept coureurs confirmés et sur le sprint final, il n’y a pas eu photo », se félicite son futur manager.

« Un jump à la Maertens ou Sagan »

Double champion du monde juniors de l’omnium (2009, 2010), il a développé sur la piste des qualités qui pourraient lui être très utiles dans le peloton. « C’est quelqu’un qui va extrêmement vite, analyse Jean-René Bernaudeau. Et ce qui est assez rare en France, même si on a des coureurs qui vont très vite, c’est quelqu’un qui a un « jump » qui ressemble à ce que faisait il y a des années Freddy Maertens (vainqueur de 15 étapes du Tour de France, ndlr) ou parfois Peter Sagan sur le Tour de France. » Une comparaison flatteuse pour le nouveau vice-champion olympique.

« C’est un jeune coureur, encore perfectible, mais il a beaucoup de métier et il a fait preuve de beaucoup d’autorité », observe Cyrille Guimard. Envieux du système britannique qui fait des merveilles sur piste et sur route avec Chris Hoy, Mark Cavendish ou Bradley Wiggins, Jean-René Bernaudeau promet de laisser à son nouveau poulain des occasions de fréquenter les vélodromes. « Il a encore des progrès à faire, estime-t-il. On continuera à l’aider pour la piste. » Ces derniers mois, le sprint français a découvert les pépites de la FDJ, Nacer Bouhanni (champion de France) et Arnaud Démare. En 2013, il faudra surveiller Bryan Coquard.

LP