RMC Sport
en direct

EN DIRECT: les médaillés à l'Élysée, Macron attend "beaucoup plus" de médailles à Paris 2024

Emmanuel Macron et Teddy Riner

Emmanuel Macron et Teddy Riner - AFP

Emmanuel Macron, le président de la République, reçoit ce lundi soir à l'Elysée les médaillés français aux Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo cet été.

Macron annonce "un plan massif" pour améliorer les infrastructures sportives

"Dans beaucoup de quartiers, de villages, nous avons des manques en matière d'infrastructures sportives. J'annoncerai dans les prochaines semaines un plan massif pour les équipements sportifs de proximité. Il sera inédit. Nous irons là où les besoins sont les plus criants. Nous allons déployer plusieurs milliers de terrains de basket, en particulier de basket 3 contre 3, de paddle, de skate park, de dojos, de piscines... Les lieux de sport vont fleurir dans nos quartiers et dans nos villes."

"Le sport est une nécessité dans notre société", affirme Macron

"Nous voulons une société où se développe davantage la pratique sportive, l'engagement et les valeurs qui vont avec le sport. Le sport est une solution, une nécessité et doit faire pleinement partie de notre mode de vie. Il faut pour cela agir concrètement sur le terrain. Nous connaissons les défils. C'est d'abord la place du sport à l'école. J'ai cru comprendre qu'il y avait des débats sur ce sujet lors des ping-pong estivaux. La vérité, c'est que notre modèle français n'a pas été de mettre le sport à l'école. Mais on est en train de changer cela. Il faut aller beaucoup plus loin, mettre plus de sport à l'école, dans l'entreprise, dans les parcours de soin et la lutte contre les dépendances. Le sport est une formidable politique de prévention et de santé. C'est au coeur du projet de la nation. La pratique sportive doit être accessible à tous."

Macron attend "beaucoup plus" de médailles à Paris 2024

"On m'interroge souvent sur l'objectif de médailles fixé pour Paris 2024. Je laisse soin aux concernés de le définir. Mais je ne suis pas de ceux qui se fixent pour ambition de faire au moins aussi bien. Je vous le dis très clairement, on doit faire beaucoup plus! Beaucoup plus. Parce que ce sont nos Jeux, à la maison et c'est attendu. Il faut pour chaque fédé et chaque sportif se mettre la pression maximale. La France peut très clairement intégrer un jour durablement le top 5 olympique et paralympique. J'y crois."

Macron veut "des filières d'excellence" à l'université

Le chef de l'État veut créer des "filières sélectives d'excellence" pour les lycéens les plus doués en sport. "Il nous faut essayer dans les mois et années qui viennent de bâtir ce modèle de sport d'excellence à l'université. On doit réussir à bâtir un modèle français beaucoup plus robuste."

"Concentrer nos efforts sur les disciplines à fort potentiel", annonce Macron

"Il faut concentrer nos efforts sur les profils et les disciplines à fort potentiel pour éviter de disperser les crédits sur une cible trop large et donner plus de leviers aux meilleurs. On doit accepter et assumer cela. Il faut individualiser pour répondre aux besoins spécifiques de chaque athlète. Il n'y a pas un modèle unique. Il faut investir sur l'humain, notamment en rémunérant mieux nos coachs. Parce qu'on n'y a mis des moyens. Il faut assumer des choix forts et créer un lieu collégialité pour débattre avec tous les acteurs des grands axes de cette politique de haut niveau."

Macron promet un soutien renforcé au sport français

"Il n'y a aucune fatalité et rien n'est acquis pour personne. Pour les médaillés d'aujourd'hui, il va falloir vous rebattre pour tenir la performance en 2024. Pour ceux qui ont raté ce rendez-vous, il faudra mettre les bouchées doubles. Parce que ce rendez-vous de Paris 2024 n'arrivera qu'une fois dans votre vie. Je veux qu'on fasse tout pour vous aider à le réussir. Pour être au rendez-vous de nos Jeux olympiques. Pour vous et pour la nation. Mettre tous les moyens possibles pour que vous soyez là. Le succès des Jeux, on le sait, ce sera le succès de nos sportifs avant tout. Et pour vous aider aussi dans la durée, c'est à dire dans l'après et la reconversion."

"D'abord pour vous dire et vous rappeler l'engagement de l'État, qui joue un rôle de premier plan dans la politique de son soutien du sport de haut niveau. Cette volonté est toujours fondée. Le sport de haut niveau, qui ne bénéficie pas des mêmes retombées que le sport professionnel, ne peut relever du seul financement privé. La stratégie de détection des talents doit relever d'une approche cohérente, à l'échelle nationale. Ça implique un cadre qui sécurise des parcours (...) L'État est présent à vos côtés et le restera. Au travers notamment des moyens financiers qu'il mobilise. Nous faisons plus que les autres, ça n'est pas toujours dit et nous allons continuer de faire, en renforçant notre engagement."

Macron évoque un bilan français mitigé aux JO de Tokyo

"Chers médaillés, vos médailles vous appartiennent pour l'éternité. Il vous faut savourer ces moments, profitez mais pas trop longtemps. Ces médailles sont une responsabilité. Il nous faut tous ensemble préparer la suite, avec nos Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Les résultats sont là mais des progrès restent possibles. Le bilan global de ces Jeux olympiques n'est pas tout à fait au niveau de ce que nous attendions. On sait que sur certains sports il est même mitigé. Et on ne peut pas construire une réussite si on ne se dit pas les choses en vérité."

"Le sport paralympique vous a écrasé", lance Macron avec le sourire

Après avoir salué les athlètes olympiques français, le chef de l'État félicite maintenant les athlètes paralympiques. "Le sport paralympique vous a écrasé, lâche-t-il avec le sourire. 54 médailles, c'est une performance au-delà des objectifs fixés. Magnifique réussite collective de notre délégation. Bravo! (...) Vos parcours sont hors-normes. Pour chacun, il y a une histoire qui illustre ce qu'il y a de meilleur en l'être humain. Les ressources parfois insoupçonnées qu'il renferme et cette urgence à vivre intensément par delà les contraintes. Vous êtes tous des lumières et vous méritez les lumières."

Macron savoure le sacre inattendu de Cannone

Emmanuel Macron félicite l'équipe de France d'escrime: "La première médaille d'or de Romain Cannone a magnifiquement déjoué les pronostics". Il énumère également tous les autres médaillés, comme Florent Manaudou ou Kevin Mayer. Avec une pensée pour Renaud Lavillenie, qui a vécu une désillusion à Tokyo.

Macron remercie Laurent Tillie et son "vol suspendu sur le parquet"

Le président de la République met en avant la médaille d'argent des joueuses de rugby à 7 et l'or des volleyeurs avec "un vol suspendu de Laurent Tillie sur le parquet". "Cher Laurent, merci beaucoup, pas simplement pour cette finale, mais pour avoir tenu tant d'années et avoir porté ce collectif à un tel niveau".

Macron plaisante sur le contre de Batum

Emmanuel Macron salue la razzia des sports collectifs français à Tokyo. Avec un mot spécial pour Nicolas Batum et son contre dévastateur contre la Slovénie: "Le hand est un sport que l'on conjuge au plus que parfait. C'est clair et ça va continuer. En basket, tout le monde se souvient de ce bloc de Nicolas Batum. Image appelée à orner les chambres des adolescents. Je crois que ça a déjà commencé, en tout cas, je peux en témoigner en ce qui me concerne."

Macron salue le bilan des judokas

Le chef de l'État se félicite des sept médailles décrochées par les judokas français. Avec un mot particulier pour Clarisse Agbegnenou, Teddy Riner et l'équipe de France par équipe, qui a battu le Japon sur ses terres: "Je retiens votre échauffement avant la finale, où vous dansiez ensemble face à des Japonais médusés, ce qui fut un peu le haka à la française, belle manière de déconcerter l'adversaire."

L'hommage de Macron à Mkheidze

Macron adresse un joli clin d'oeil à Luka Mkheidze, médaillé de bronze en judo, premier Français à monter sur un podium à Tokyo. "C'est Luka qui a ouvert le compteur. Ce n'était pas la plus attendue. Je trouve que c'est une formidable performance. Mais c'était surtout un très beau symbole de porter haut les couleurs du pays qui vous a accueilli en 2008, lorsque vous aviez dû fuir la Géorgie et la guerre en Ossétie du Sud. Belle revanche!"

Macon pense à "préparer Paris 2024"

"Toute l'équipe de France est réunie pour rendre hommage aux médaillés de Tokyo mais aussi pour préparer Paris 2024. Le Premier ministre et les ministres. Mais également l'ensemble de celles et ceux qui portent ce flambeau."

Macron vante "les émotions" procurées par les sportifs français

Emmanuel Macron s'exprime à l'Éysée: "Des sportifs olympiens et paralympiens, soudés par des valeurs communes: le dépassement de soi, le courage, la solidarité. Des sportifs qui nous procurent à chaque Jeux les mêmes émotions, un collectif qui inspire la conception des Jeux 2024 (...) C'est l'héritage d'une France qui gagne, d'un siècle de performances et de records (...) Je veux dire aux 400 athlètes qui n'ont pas été coiffés de lauriers que 2024 les attend et que rien ne saura possible sans eux. Qu'ils viennent chercher leur revanche dans notre capitale."

"Je vais rencontrer Macron en vrai", savoure Cannone

Romain Cannonen champion olympique d'épée: "C'est des frissons, c'est incroyable. Moi, je suis un petit jeune qui arrive à l'Élysée, je trouve ça magnifique. Je suis sorti de l'entraînement il y a 30 minutes. Je vais rencontrer Macron. On ne le voit qu'à la télé. Le voir en vrai, c'est autre chose. Je ne pensais pas me retrouver là début septembre lorsque je suis parti à Tokyo."

Batum: "Avec les athlètes paralympiques, on est de la même famille

Nicolas Batum, le capitaine de l'équipe de France de basket, médaillé d'argent au Japon: "C'est une énorme fierté pour chaque athlète d'être reçu à l'Élysée par le président de la Répulique. C'est assez gratiffiant quand même. On est rentrés depuis un mois, on a eu le temps d'atterrir mais c'est assez cool de se remettre dedans une dernière fois. C'est normal qu'il y ait aussi les athlètes paralympiques, on est de la même famille."

Horta: "C'est très impressionnant"

Fanny Horta, la captaine de l'équipe de France de rugby à 7, médaillée d'argent à Tokyo: "C'est juste extraordinaire. C'est très impressionnant, on est vraiment super contentes. C'est une belle reconnaissance pour l'ensemble du groupe. On est très fières. C'est une expérience énorme."

Lefort réclame plus de moyens pour le sport français

L'escrimeur Enzo Lefort, champion olympique par équipes au fleuret: "Ça fait plaisir. Venir ici en famille, ça fait quelque chose. Ce n'est pas le même métal qu'il y a quatre ans, où on avait décroché l'argent. Là, on revient pour l'or. C'est encore plus un accomplissement. Ça donne encore plus envie de briller ici à Paris lors des Jeux 2024. C'est une fierté. Si on m'avait dit quand j'étais gamin que j'allais mettre les pieds à l'Élysée, je ne l'aurais pas cru. Je commence à prendre l'habitude et je ne suis pas mécontent (...) Ça fait plaisir d'avoir cette reconnaissance pour les athètes, après on espère que le pouvoir exécutif fera tout pour remettre le sport au milieu du programme scolaire. Il y a des jeunes qui arrivent et il faudrait les moyens de leurs ambitions pour la suite, parce qu'il y aura d'autres médailles à aller chercher."

Paris 2024: Riner ne croit pas à une razzia française

"Paris 2024? La France est une grande nation de sport. Se dire qu'on va faire 90 médailles en 2024... j'aimerais qu'on me fasse mentir. Mais il faut faire beaucoup plus de choses pour pouvoir prétendre à 90 médailles en 3 ans. Il fallait investir déjà 7 ans en arrière dans le sport, massivement. Confronter notre jeunesse à l'international. Alors, on pourra toujours se cacher derrière le Covid..."



"Je suis un chasseur de records", lance Riner

Teddy Riner a déjà le regard tourné vers Paris 2024: "Pour moi, c'est toujours une grande fierté et un honneur d'être à l'Élysée, de recevoir un nouveau grade. C'est symbolique qu'on mette en avant les sportifs. Ça fait du bien, autant qu'une médaille. Mais comme je suis un chasseur de records, j'espère avoir un nouveau grade en 2024. Ça va arriver très vite. Le judo me manque, je n'ai pas envie de commencer ma préparation trop tard. Mais chaque chose en son temps, là c'est l'heure de la célébration."

Riner prend la pose sur le perron

Teddy Riner, tout sourire, pose pour les nombreux photographes regroupés face au perron de l'Élysée. La mère du judoka est à ses côtés.

Marie-José Pérec au soutien

La triple championne olympique (1992 et 1996), âgée de 53 ans, est présente à l'Élysée pour soutenir les athlètes français.

Steven Da Costa (médaillé d’or en karaté): "La Légion d'honneur a autant de valeur que la médaille olympique"

"Je suis fier. J’ai hâte de rentrer pour découvrir. C’est la première fois pour moi. Je ne vais pas attaquer le président pour lui en parler (l’absence du karaté à Paris 2024, ndlr). Si le sujet se présente, bien sûr. (…) C’est un jour de fête. La Légion d’honneur, c’est une grande fierté. Je vais profiter de ces moments. Cette distinction a autant de valeur que la médaille olympique. C’est incroyable."

Champion olympique de karaté, Steven Da Costa a apporté la septième médaille d'or à la délégation française à Tokyo
Champion olympique de karaté, Steven Da Costa a apporté la septième médaille d'or à la délégation française à Tokyo © AFP

La Légion d'honneur ou l'ordre du Mérite, une tradition depuis le général de Gaulle

Initiée sur le principe par le général de Gaulle pour les Jeux d'hiver d'Innsbruck en 1964, la décoration des médaillés olympiques répond à des critères très précis.

Ne sont pas éligibles par exemple les sportifs ayant reçu une condamnation de la justice inscrite au casier judiciaire.

Si le sportif ou la sportive participe pour la première fois aux Jeux, il est fait chevalier de la Légion d'honneur en cas de médaille d'or et chevalier de l'ordre national du Mérite pour l'argent ou le bronze.

S'il remporte à nouveau une médaille d'or lors de Jeux suivants, le sportif est promu officier de la Légion d'honneur, à la condition qu'il ait au moins huit ans d'ancienneté au grade de chevalier. Si cela n'est pas le cas, il est fait officier de l'ordre national du Mérite.

Pour la réédition d'une médaille d'argent ou de bronze, ou si le résultat est inférieur, aucune promotion n'est accordée.

213 Français médaillés

Au total, 213 sportifs sont revenus médaillés des Jeux de Toyko, ce qui a généré la distribution totale de 9 millions d'euros de primes (6 millions pour les JO et 3 pour les paralympiques). Le gouvernement avait relevé un peu le niveau des primes avant les JO de Tokyo (65.000 euros pour l'or, 25.000 argent, 15.000 bronze).

La réception des médaillés olympiques et paralympiques à l'Elysée en direct

C'est un grand jour pour les médaillés français des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo cet été. Ils sont invités ce lundi soir au palais de l'Elysée, pour être célébrés et récompensés par le président de la République, Emmanuel Macron. Les médaillés d'or vont recevoir la Légion d'honneur, comme annoncé dans le Journal officiel la semaine dernière. Les autres médaillés sont distingués avec l'ordre du Mérite.

Le chef de l'Etat souhaite rendre hommage à l'ensemble des médaillés, "pour leur engagement et leurs performances lors des Jeux de Tokyo", mais également "initier un temps de mobilisation des acteurs de la haute-performance sportive française à moins de trois ans des Jeux de Paris 2024", a précisé l'Elysée.

Jean Quiquampoix
Jean Quiquampoix © ICON SPORT
RMC SPORT