RMC Sport

Estanguet, le retour du héros

Tony Estanguet

Tony Estanguet - -

Tony Estanguet, triple champion olympique de C1, est rentré hier sur ses terres béarnaises. Arrivé à l’aéroport Pau-Pyrénées sur les coups de 18h50, le céiste, très attendu, a reçu un accueil triomphal dès sa descente de l’avion.

Les Palois s’enorgueillissaient déjà de la citation de Lamartine qui affirmait : « Si Naples est la plus belle ville vue de mer, Pau est la plus belle ville vue de terre.» Ils comptent depuis le 31 juillet dernier parmi eux le seul athlète français triple champion olympique sur la même épreuve. Alors évidemment, c’est fort d’un statut d’icône absolue que Tony Estanguet (34 ans) est revenu dans son fief, sous les acclamations de la cinquantaine de supporters venue accueillir la légende, à peine atterrie dans le chef-lieu des Pyrénées Atlantiques.

Un comité certes plus restreint que les milliers de personnes amassés lundi sur les Champs-Élysées pour fêter les athlètes français de retour de Londres (dont Tony Estanguet), mais qui n’a pas fait moins plaisir au Palois : « Il y a quand même beaucoup de gens, notamment les gens du club de Pau qui m’ont beaucoup aidé ces dernières années, lâche l’intéressé. Je suis très heureux de les retrouver et de fêter ça avec eux. »

Aldric Estanguet : « Tony a besoin de vacances »

Sous les yeux de la maire de Pau, Martine Lignières-Cassou, Tony Estanguet a ainsi retrouvé les siens, notamment sa maman Maïté, tellement fier de son champion olympique de fils : « Cette médaille, il est allé la chercher très loin, et je crois avec beaucoup de travail. Vraiment, on est ravis pour lui. Moi, je suis pleine de bonheur, j’en profite au maximum. » Une médaille qui trouve ses origines dans les heures d’entrainement passées au stade d’Eaux Vives de Pau situé à deux pas de la gare, et dont il a été, avec son frère et son père, le grand instigateur. Inauguré en 2008, ce bassin moderne, véritable référence mondiale, a offert à la cité d’Henri IV un rayonnement international.

Heureux mais visiblement fatigué, le céiste va pouvoir se ressourcer sur ses terres, comme l’explique son frère ainé Aldric : « Je pense qu’il a besoin de quelques jours de repos avec sa famille proche, de vacances pour digérer un peu tout ce qui va arriver. » Car Tony Estanguet le sait, il devra être en forme le 2 septembre prochain, pour assister à l’immense fête que préparent tous les Palois pour honorer le héros béarnais.

Anthony Tallieu avec Olivier Schwarz