RMC Sport

Faire l'impasse sur Tokyo pour Paris 2024? le DTN du hand répond à Onesta

Philippe Bana, directeur technique national du hand français, ne partage pas l’avis de Claude Onesta. Avec le report des JO en 2021, l’ex-sélectionneur des Experts, promu responsable de la Haute performance à l'Agence nationale du sport, aborde désormais les Jeux de Tokyo comme tremplin pour Paris 2024.

C’est une prise de parole qui n’a pas laissé le mouvement olympique indifférent. Mardi, à la suite du report des Jeux de Tokyo en 2021, Claude Onesta, responsable de la Haute performance à l'Agence nationale du sport (ANS), a surpris beaucoup d’acteurs du monde sportif en déclarant à L’Est Républicain: "Aujourd'hui on est obligé de se dire que Tokyo n'est plus un objectif à part entière, estime le manager de la haute performance. Moi je considère que Tokyo est rentré dans le cycle de la préparation des JO 2024 à Paris." Priorité serait donc donnée aux Jeux de Paris, ceux de Tokyo l’an prochain servant de tremplin aux athlètes.

"Pas respectueux des athlètes et des Jeux en général"

Cette stratégie ne fait pas l’unanimité et n’est clairement pas cautionnée par tout le monde, à commencer par les dirigeants du handball tricolore. En première ligne, Philippe Bana. Le DTN qui connaît très l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de hand, n’aborde pas les Jeux de Tokyo comme une préparation à Paris 2024.

"Préparer 2024 est un objectif qui est dans la tête de tout le monde, de tous les Français, de tous les sportifs. Mais nier les Jeux olympiques de Tokyo ou en faire un camp d’entraînement, de préparation pour le futur, ne serait pas à mon sens respectueux des athlètes, des sports, des Jeux en général, des Japonais qui se battent pour les maintenir", estime-t-il.

"Le sport doit montrer l’excellence sans calcul"

Pour le directeur technique national, il est donc hors de question de faire "l’impasse" sur les JO de Tokyo ni de sacrifier des sportifs qui pourraient être en fin de carrière au Japon: "Dans la tête des athlètes, les Jeux restent les Jeux, rappelle Philippe Bana. C’est un graal, le toît du monde. Le sport doit montrer l’excellence sans calcul. Certes le temps a changé, le rythme aussi, les deux olympiades ne seront pas les mêmes mais la passion olympique reste la même. On va aux Jeux pour gagner. Il faut respecter les Jeux où qu’ils soient. Sinon après Paris, on se préparerait à un sacré vide." 

Après deux médailles d'or remportées aux Jeux de Pékin et de Londres, l'équipe de France masculine de handball a décroché l'argent il y a quatre ans aux Jeux de Rio. Comme les filles. 

dossier :

Paris 2024

ABr avec AR