RMC Sport

God save cycling !

Cavendish, Froome et Wiggins

Cavendish, Froome et Wiggins - -

Avec Hoy comme porte-drapeau et Wiggins comme vainqueur du Tour et favori du chrono des Jeux, le cyclisme anglais n’en finit plus d’imposer sa loi. Et espère bien poursuivre à Londres sa moisson entamée il y a quatre ans aux JO de Pékin.

La nouvelle ne devait être officialisée qu’à 16h, heure française à l’occasion d’une conférence de presse. Finalement… Rien. Le comité national olympique anglais annule la rencontre médiatique. Officiellement : Sir Chris Hoy s’entraîne dur. Officieusement, on évoque des fuites. C’est d’ailleurs le triple champion olympique de Pékin qui dévoile la nouvelle sur son compte Twitter dans la matinée. « Je peux maintenant le dire : je vais porter le drapeau lors de la cérémonie d’ouverture. C’est un honneur immense. »

Le pistard participera à ses quatrième Jeux. Il est bien entendu ravi d’avoir été choisi, mais il s’est également fixé une mission bien précise. « C'est vraiment génial que le cyclisme soit devenu si populaire auprès du public, avec le succès des Britanniques dans le Tour de France, et lors des précédentes compétitions olympiques, salive le pistard de 36 ans. Rien qu'en lisant les journaux, on peut voir que le cyclisme fait régulièrement la une. C'est incroyable. J'espère que cela continuera, et que nous gagnerons encore quelques médailles aux Jeux, ça pourra donner envie aux gens d'enfourcher un vélo. »

Hoy, Wiggins, Cavendish, même combat…

Et ça marche. D’un côté Sir Chris Hoy, locomotive en haut de l’affiche il y a quatre ans à l’occasion de la razzia anglaise : 13 médailles dont 8 titres. De l’autre, Bradley Wiggins gagne le Tour de France et fait la une de tous les journaux ce lundi matin. Le coureur de Sky est présenté dans la peau du roi de France, désormais tourné vers les Jeux. Et pour remplir son objectif, il met toutes les chances de son côté en débarquant dès le lundi soir au village olympique, sans même fêter son succès du côté des Champs-Elysées. Après la piste, c’est sur la route que les cyclistes anglais montrent désormais les crocs.

Présent à Paris hier pour assister à la victoire de Wiggins sur la Grande Boucle, Hugh Robertson, le ministre des Sports britannique, a d’ailleurs assuré ce lundi matin lors d’une conférence de presse sur le Parc Olympique qu'il s'agissait, pour lui, du « plus grand succès sportif individuel Britannique ». Un hommage également appuyé de la part de Hoy pour son ancien compère de la piste, trop heureux de compter un prétendant de plus à une médaille dans la délégation cycliste. Car qu’ils se nomment Hoy, Wiggins ou Cavendish, ils sont désormais en mission : porter haut les couleurs du cyclisme anglais. Que ce soit sur piste ou sur route.

Pierrick Taisne à Londres