RMC Sport

Guénot, le collectionneur de métaux

Steeve Guénot

Steeve Guénot - -

Quatre ans après son titre olympique décroché à Pékin, Steeve Guénot a décroché la médaille de bronze en -66 kg. Avec deux médailles olympiques au compteur, il devient le lutteur français le plus titré de l’histoire des JO.

« C’est un combattant, un guerrier. Il est le plus fort de sa catégorie ». Ces éloges pour un athlète hors du commun sont signés Patrice Mourier, l’entraîneur du désormais double médaillé olympique. Opposé ce mardi soir au cubain Pedro Isaac Mulens Herrera en repêchages, Steeve Guénot s’est imposé en patron. Comme il l’avait su le faire un peu plus tôt dans la journée face au champion du monde en titre iranien, Saeid Morad Abdvali. Avant d’échouer en demi-finale face au Coréen Kim Hyeonwoo. « Ce n’est pas l’or de Pékin mais c’est toujours une médaille, se félicite le lutteur français. Elle est magnifique. C’est important pour notre sport qui n’est pas trop reconnu en France. J’ai sauvé l’honneur. C’est un soulagement. Je suis heureux d’avoir été cherché cette médaille. En quatre ans, tout peut changer car il y a des jeunes qui poussent. Deux médailles olympiques, je pense que ce n’est déjà pas mal. » 

Pour en arriver là, le licencié du cercle de Lutte de Paris a emprunté un véritable chemin de croix. Premier obstacle, la perte de poids. Présent dans la catégorie des -66kg pour ne pas être en concurrence avec son frère Christophe qu’il considère comme son héros, Steeve a dû s’imposer un régime draconien. Il y a un mois encore, il affichait 76 kg sur la balance… A une semaine du début des épreuves, le cadet des frères Guénot a donc été contraint de se contenter d’eau, encore et encore, en guise d’alimentation ! Mais à 26 ans, l’agent de sécurité de la RATP était prêt à tout pour atteindre son objectif. Lui qui avait multiplié les blessures depuis son titre olympique et qui n’a décroché qu’au tout dernier moment sa qualification olympique. « Elle fait du bien cette médaille, souffle son entraîneur. Steeve a fait ce qu’il fallait. Il est formaté pour les Jeux Olympiques. »

Rendez-vous en 2016 à Rio

Christophe Guénot peut être fier de son « petit » frère. « J’aurais préféré entendre la Marseillaise, avoue-t-il. Il est heureux. Il finit sur une victoire. Steeve était vraiment au-dessus. J’en ai eu les larmes aux yeux ». Entré à l’INSEP à 18 ans, Steeve Guénot a toujours brillé lors des grands rendez-vous. Médaillé d’argent aux Mondiaux 2007, champion olympique en 2008, sextuple champion de France. Seulement, son heure de gloire à Pékin, il l’a payée cher. Attendu par ses adversaires, le solide gaillard d’1m72 pour 66kg a souvent déchanté. Avant de renaître au bon moment car le rêve olympique a été plus fort que tout. « Il l’a arraché, il a tout donné », clame Philippe Vidal, le Directeur Technique National.

A bientôt 27 ans, celui qui se qualifie lui-même d’insouciant n’a pas dit son dernier mot. Mais cette fois-ci, en 74kg, la catégorie de son frère aîné. « C’était sa dernière compétition en -66kg, confirme son coach. Aux prochains Jeux Olympiques, il sera en 74kg. Les JO, c’est sa compétition. » Alors rendez-vous en 2016 à Rio.

Xavier Martel (avec Pierre Dorian à Londres)