RMC Sport

Homophobie: Le CIO demande des "éclaircissements" à la Russie

Le CIO demande des éclaircissements à la Russie.

Le CIO demande des éclaircissements à la Russie. - -

A six mois des Jeux olympiques, le CIO souhaite que la Russie s'explique sur une loi discriminatoire envers les homosexuels adoptée en juin.

Le comité international olympique (CIO) a "encore besoin d'éclaircissements" à propos d'une loi russe réprimant la diffusion aux mineurs d’informations sur l’homosexualité promulguée en juin. Tout contrevenant pourra être puni d’une amende de 100.000 roubles (2.300 euros) et d’une peine de détention allant jusqu’à 15 jours. Les étrangers risquent l’expulsion du pays.

Le CIO a réagi vendredi à la polémique naissante, alors qu’une pétition signée par plus de 320.000 personnes lui a été remise mercredi par une association de défense des droits des homosexuels. Le lendemain, celle-ci a été remise au ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Les militants s’inquiètent d’éventuelles sanctions contre des athlètes, des visiteurs ou des citoyens russes durant les Jeux olympiques d’hiver 2014, qui se dérouleront à Sotchi, en Russie.

"Lorsque la loi a été promulguée, nous avons reçu toutes les assurances concernant Sotchi. Nous avons ensuite demandé une confirmation écrite de ces assurances. Nous avons étudié la chose ce matin mais nous avons encore des incertitudes, nous avons encore besoin d'éclaircissements", a expliqué Jacques Rogge, président du CIO. Les précisions demandées portent sur deux paragraphes dont le comité olympique doit s'assurer de la "bonne traduction."

La Russie calme le jeu... puis s'agace

Jacques Rogge a rappelé que la charte olympique "stipule que chaque athlète a le droit de concourir, quelles que soient sa race, sa religion ou son orientation sexuelle. Les Jeux doivent être ouverts à tous sans discrimination." Mais le patron du CIO a affirmé qu’il faudrait voir au "cas par cas" si l’un d’entre eux venait à manifester contre cette loi au moment des Jeux.

Le pouvoir russe a tenté d'apaiser les tensions jeudi, par le biais de son ministre des Sports, Vitaly Moutko: "Tous les sportifs et organisations sportives devraient garder leur calme. Leurs droits seront respectés."

Ce vendredi, à nouveau amené à s’exprimer, il a assuré qu’il n'y a aucune raison pour son pays de craindre les appels au boycott des Jeux olympiques. Le ministre a ajouté que ces manifestations d’inquiétudes constituent une "ingérence de la politique dans le sport", et que cela est "inadmissible". "Plus la Russie est forte, et plus cela déplaît à certains. Nous sommes tout simplement un pays unique", a conclu Vitaly Moutko.

M.K. avec AFP