RMC Sport

Jeux olympiques 2020: on connaît déjà le tableau des médailles à Tokyo

Les Jeux olympiques de Tokyo arrivent dans 178 jours et les pronostics commencent déjà pour savoir qui des Etats-Unis, de la Chine ou du Japon arrivera en tête au tableau des médailles. La discipline économique s’essaye aussi aux estimations en prédisant les futurs pays vainqueurs.

L’économiste français Wladimir Andreff avait été le premier à tenter l’expérience, en 2008, en construisant un modèle socio-économique de prédiction du nombre de médailles par pays aux Jeux olympiques.

En intégrant de nombreuses variables, telle que le PIB/habitant, le niveau démographique, l’importance culturelle du sport et son poids économique ou encore le régime politique, le professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne avait bâti un outil de prédiction significatif à plus de 70% sur tous les Jeux olympiques entre 1976 et 2004.

Son idée était de considérer que "la dotation et le développement des ressources, aussi bien économiques qu’humaines, sont des déterminants de la performance olympique d’une nation". Et ses calculs réalisés avant les JO de Pékin avaient montré une réussite quasi parfaite de son modèle.

Un outil efficient à plus de 70%

40 médailles avaient été prédites pour la France, pour au final… 40 médailles effectivement glanées lors de la compétition chinoise. 102 médailles prédites pour les Etats-Unis, contre 110 réellement gagnées. Ou encore 44 médailles pour l’Allemagne contre 41 dans la réalité.

A la rigueur, les seules erreurs, et notables, étaient la Chine, où le modèle avait prévu 85 médailles en faveur du pays organisateur, contre 100 effectivement gagnées, et la Russie, avec 105 médailles prévues et 72 gagnées réellement.

Sauf qu'en moyenne, la marge d’erreur était plutôt faible et l’on pouvait admettre une certaine robustesse de l’outil économétrique. C’est d’ailleurs pour cette raison que la société américaine Gracenote, spécialisée dans la gestion de données, a décidé de prolonger l’aventure et de s’essayer à la prédiction des médailles pour les prochains Jeux olympiques 2020, à Tokyo.

La France ferait moins bien qu'à Rio

En reprenant les mêmes variables que Wladimir Andreff, en les mettant à jour et en rajoutant l’impact domicile pour le Japon, ils en arrivent aux conclusions suivantes: les Etats-Unis finiront seuls en tête avec un total de 117 médailles, devant la Chine, à 87, et la Russie, à 66 médailles.

Derrière, on retrouverait le Japon, avec 65 breloques, puis l’Australie (44), la Grande-Bretagne (42), les Pays-Bas (41) et enfin la France, 8e, à seulement 37 médailles. Soit moins qu’il y a quatre ans, lors des Jeux olympiques de Rio, où le pays avait rapporté 42 médailles. Et surtout bien loin des objectifs de 80 médailles fixés pour les JO de Paris, en 2024.

Pour atteindre ce résultat souhaité par la ministre des Sports de l’époque, Laura Flessel, la France devrait plus que doubler ses performances, ce qui s’annoncerait très difficile, même en jouant à domicile. Le Japon, par exemple, avait rapporté 41 médailles de Rio, et à Tokyo n’en serait qu’à 65, soit 24 de plus. Une augmentation de 58%, loin des 100% voulus par la France.

Et si les Russes ne sont pas présents?

Autre point important, si confirmation de l’exclusion de la Russie aux JO et impossibilité pour les athlètes russes de concourir, vers qui iront ses 66 médailles prédites ? D’après Gracenote, tous les pays devraient se les partager équitablement, en fonction de leur force sportive, avec 9 médailles en plus côté américain et 7 côté français.

Ce qui porterait le total à 44. Plus qu’à Rio mais encore loin des 80 désirés dans quatre ans.

dossier :

Tokyo 2020

Pierre Rondeau