RMC Sport

Jeux olympiques: pourquoi le nom "Tokyo 2020" ne devrait pas changer, même en 2021

Les Jeux olympiques de Tokyo, reportés en raison de la pandémie de coronavirus, se dérouleront bien l’année prochaine, en 2021. Mais ils devraient conserver le nom de Tokyo 2020.

Les Jeux olympiques de Tokyo sont repoussés, "au plus tard à l’été 2021". Mais dans l’histoire de la compétition, ils resteront comme les Jeux olympiques de l’année 2020. Tout un symbole. Ces Jeux olympiques, qui devraient donc toujours s'appeler JO 2020, seront "le témoignage de la défaite du virus" face à l’humanité, a lancé Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, ce mardi. Un discours qui a reçu l’assentiment du monde sportif.

"Selon ma propre lecture de la décision du CIO, il est clair que la marque Tokyo 2020 est conservée, a déclaré à RMC Sport Jean-Christophe Rolland, membre du CIO et président de la Fédération internationale d'aviron. J’abonde complètement dans ce schéma-là. Je pense que c’est une bonne décision. Les athlètes qui vont gagner les Jeux olympiques qui auront lieu sur l’année 2021 seront champions olympiques 2020."

Un report à l’été 2021 ?

Même son de cloche chez Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). "On garde Tokyo 2020, a-t-il confirmé à RMC Sport. Tout a été fait pour 2020, ça me semble normal qu’on garde la marque Tokyo 2020. Là-dessus, il n’y a pas de difficulté pour moi à ce que ce soit le cas." Les parties prenantes doivent travailler désormais d’arrache-pied à la recherche d’un consensus autour de la date de report.

"La solution la plus simple et la plus pragmatique, c’est qu’il y ait le même créneau de dates, préconise Denis Masseglia. Parce que c’est celui qui a été choisi pour permettre la participation de tous les athlètes, y compris les acteurs professionnels. C’est pas simple de libérer des joueurs NBA ou des tennismen. Il n’y a que dans un contexte de calendrier harmonisé que cela peut se faire. Et si les Jeux avaient été repoussés à une autre période de l’année, surtout dans le contexte que l’on vit en ce moment, cela n’aurait pas manqué de se faire avec d’énormes difficultés."

dossier :

Tokyo 2020

QM avec Anthony Rech