RMC Sport

Jeux paralympiques : un bilan de la France à mi-parcours très décevant

Défaite des Française face aux Allemandes en basket handisport

Défaite des Française face aux Allemandes en basket handisport - AFP

La délégation française est loin des objectifs qu’elle s’était fixée en arrivant à Rio pour les Jeux paralympiques 2016. Les Bleus sont partis pour faire moins bien qu’à Londres, une édition pourtant déjà décevante.

Brillante pendant les Jeux olympiques (5-21 août) avec 42 médailles dont 10 en or et une 7e place au classement des nations, la France est bien moins performante aux Jeux paralympiques (7-18 septembre). A l’issue des épreuves disputées mardi 13 septembre, elle se hisse péniblement au 14e rang des pays avec 14 médailles, dont 4 en or. Avec encore cinq jours de compétition à Rio, il reste des chances de faire gonfler ce bilan, mais elles ne sont pas légion.

Beaucoup d’échecs frustrants

Et dire qu’avant d’arriver au Brésil, la délégation française ambitionnait de faire mieux qu’en 2012 ; à Londres, elle n’avait obtenu « que » 45 médailles (dont 8 en or) et avait terminé 16e nation, soit le résultat le moins brillant de son histoire. A l’époque, la non-professionnalisation du handisport en France était évoquée comme une des raisons expliquant le gouffre avec les meilleures nations. En Grande-Bretagne, aux Etats-Unis ou dans certains pays asiatiques, le handisport est très mis en valeur, alors que ces disciplines sont davantage vues comme des loisirs dans l'Hexagone. Aujourd’hui à Rio, le gouffre est devenu abyssal. Tout ne se passe pas comme le voudraient les Français. Derrière les très belles performances de Marie-Amélie Le Fur, l’égérie principale des Tricolores sur ces Jeux jusqu’à présent, les résultats sont en demi-teinte.

Souvent, cela se joue à très peu de choses. Championne olympique en titre, Mandy François-Elie visait un deuxième titre consécutif, mais la Britannique Georgina Hermitage a signé la course de sa vie (record du monde) pour lui souffler l’or. Et que dire de la très frustrante finale en haltérophilie chez les dames ? Souhad Ghazouani, championne du monde et championne olympique en titre, a été battue par la Nigérienne Ndidi Wosu à un kilo près : les deux femmes étant à égalité, Wosu l’a emporté parce que Ghazouani est plus lourde d’un kilo. C’est peu, mais c’est assez pour changer l’or en argent.

« On est jamais là quand il le faut »

Des défaillances sont aussi constatées dans les disciplines handisport où la France est d’ordinaire à l’aise. C’est le cas en athlétisme par exemple. A Londres, les Tricolores étaient repartis avec 13 breloques dans la besace. A Rio, ils n’en ont pris que 5 pour l’instant. Il est vrai qu’Assia El Hannouni, la femme aux 10 titres olympiques (8 en or et 2 en argent), n’est plus là. En natation, le ratio est également négatif : 8 médailles à Londres, seulement une à Rio au 13 septembre.

Même le porte-drapeau Michaël Jeremiasz et ses coéquipiers de tennis en fauteuil sont à la peine, alors que la France fait partie des meilleurs pays. Tout n’est pas perdu, mais l’hécatombe en simple messieurs au 3e tour interpelle : Michaël Jeremiasz, Nicolas Peifer et Frédéric Cattaneo sont tombés. Seul Stéphane Houdet est passé. Le clan bleu entend se rattraper en double. Mais attention à ne pas tomber dans les travers qui ont coûté cher à d’autres Français au Brésil. En aviron, Perle Bouge et Stéphane Tardieu voulaient l’or (deux de couple mixte) après l’argent londonien. Ils n’ont pris que le bronze. « Malheureusement, on n’est jamais là sur les grandes finales. On sait tout faire sur les entraînements, sur les séries, mais on n’est jamais là quand il le faut », a confié une Perle Bouge émue à L’Equipe. Il reste à la délégation française quelques rendez-vous, notamment en escrime, pour redorer son blason.

A lire aussi >>> Jeux paralympiques : sept Français à suivre

dossier :

Rio 2016

N.B