RMC Sport

JO 2016 : comment la "Team Yavbou" est aussi devenue une marque

Earvin Ngapeth

Earvin Ngapeth - AFP

L’équipe de France de volley débarque aux JO 2016 affublée du statut d’outsider pour la victoire finale après des titres et des médailles en compétitions internationales. Et son surnom de « Team Yavbou » est même devenu une vraie marque de fabrique.

Absente des Jeux olympiques depuis 2004, l’équipe de France de volley revient en force pour Rio 2016 (5-21 août). Victorieux de la Ligue Mondiale en 2014 puis du Championnat d’Europe, bien placés dans les dernières compétitions internationales, les Bleus débarquent en outsider pour une médaille, affublés de leur surnom habituel de « Team Yavbou ».

A lire aussi >> Volley - Ligue Mondiale : les Bleus se consolent avec le bronze

« La marque Team Yavbou s’est créée il y a trois ans pendant la Ligue Mondiale 2013, resitue Nicolas Le Goff. C’était un peu notre expression dès qu’on gagnait un match. Et puis ça a pris petit à petit. Mais au début c’était juste entre nous avant de prendre sur les supporters et les réseaux. On a vu que ça avait pris au sein de notre public et voilà ça fait notre petite identité. » Depuis, chansons, casquettes ou t-shirts fleurissent pour relayer l’image de l’équipe de France. Au point de devenir une petite marque.

A lire aussi >> La "Team Yavbou" en quête d'une première médaille aux JO 2016

Ngapeth : « On ne joue pas un jeu, c’est vraiment nous »

« Est-ce qu’on a conscience de créer une marque ? Oui et non, car tout se fait assez naturellement. A la base on s’est appelé « Team Yavbou » et c’est parti comme ça. Ensuite on a fait un son pour délirer entre nous. Puis après on s’est dit qu’il nous fallait des casquettes pour nous. Et puis les gens nous en ont demandé donc on a fait un site internet pour les vendre et on est en rupture de stock toutes les semaines », décrypte le leader de la « Team Yavbou », Earvin Ngapeth. On est conscient de cela mais on ne joue pas un jeu, c’est vraiment nous. »

A lire aussi >> La liste de l'équipe de France de volley retenue pour les JO 2016

Tillie : « Je regarde cela d’un œil amusé »

Son coéquipier Benjamin Toniutti abonde : « C’est bien parce qu’on essaye de faire parler de nous. La chanson d’Earvin (Ngapeth), je crois qu’il y a déjà 25 000 vues en peu de temps. Quand on évoque la « Team Yavbou », on pense de suite au volley et c’est le plus important ». L’expression n’est pas usurpée : le groupe vit bien. Au point de déconcentrer l’équipe ? Le coach Laurent Tillie ne voit aucun inconvénient à ce que ses joueurs s’investissent dans le développement de cette marque de fabrique.

Rouzier : "Ca fera beaucoup plus de licenciés"

« Les joueurs s’occupent comme ils peuvent (rires). C’est vrai que c’est sympa parce qu’il y a beaucoup de demandes. Ils surfent sur le plaisir qu’ils donnent et qu’ils prennent. Et je regarde cela d’un œil amusé et intéressé. Je trouve cela sympa de prolonger l’aventure en-dehors du terrain. » Antonin Rouzier voit même lui au-delà du simple amusement : « Faut que ça continue comme ça, parce que pour les années futures, pour les jeunes, ça fera beaucoup plus de licenciés, beaucoup plus de personnes en France qui joueront au volley. C’est un tout, mais on est fier de ce qu’on a accompli parce que maintenant Team Yavbou, on parle volleyball. »

dossier :

Rio 2016

Rédaction avec A.G