RMC Sport

JO 2016 : les athlètes russes suspendus, mais les "propres" pourront aller à Rio sous conditions

-

- - AFP

La fédération russe d'athlétisme reste suspendue pour les Jeux olympiques de Rio (5-21 août) en raison d'un système de dopage généralisé. Mais la fédération internationale laisse une possibilité pour la présence d'athlètes russes aux JO sous certains conditions.

La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a annoncé ce vendredi à Vienne le maintien de la suspension de la Fédération russe d'athlétisme (ARAF) pour les compétitions internationales, laissant la porte ouverte à la présence de certains athlètes russes "propres" aux Jeux olympiques de Rio (5-21 août), sous conditions. La lanceuse d'alerte russe Yulia Stepanova pourra par exemple participer à l'épreuve.

Yelena Isinbayeva, le visage de l'athlétisme russe, peut aussi continuer à rêver. La Tsarine de la perche, comme les autres stars russes du tartan, devront montrer patte blanche et écarter les soupçons de dopage. La situation est, en effet, complexe. "Ce n'est pas ouvert à tout le monde, simplement aux athlètes qui ont vécu en dehors du système russe suffisamment d'années", souligne Jean Gracia, secrétaire général de l'IAAF.

Ces athlètes devront "postuler auprès de l'IAAF et le Doping Revue Board étudiera chacune des candidatures. C'est l'exception", souligne-t-il. Selon certains échos, cela pourrait même ne concerner que trois à quatre athlètes russes... Isinbayeva, la double championne olympique (2004-2008), qui a vécu par le passé en Italie et à Monaco, avait réagi la première au maintien de la suspension de sa Fédération (ARAF ): "C'est une violation des droits de l'Homme. Je ne peux pas me taire,(...) je vais m'adresser à une cour des droits de l'Homme".

A lire aussi >> JO 2016 - Russie suspendue : Isinbayeva va porter plainte 

"Les résultats du vote des membres du conseil de l'IAAF ont créé une situation sans précédent: les athlètes russes ne pourront pas participer aux XXXIe jeux Olympiques 2016 à Rio", a admis le ministère russe des Sports, dans un communiqué, se disant "très déçu" par cette décision de la Fédération internationale.

Avec cette décision, c'est un géant de l'athlétisme, la deuxième nation de ce sport aux JO de Londres 2012, qui sera donc absente sur le tartan du stade olympique de Rio en août. Suspendue depuis novembre par l'IAAF, suite à un rapport cinglant d'une commission d'enquête indépendante de l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui avait dénoncé un système de dopage institutionnalisé en Russie, la Fédération russe d'athlétisme pensait avoir fait ce qu'il fallait pour éviter cette sanction.

Selon l'IAAF, la Russie aurait besoin de 18 à 24 mois pour se mettre en conformité

"Nous avons fait tout ce que nous pouvions (...) Il y avait 100 critères qu'on nous a présentés et à mon avis, nous les avons tous remplis", avait ainsi affirmé jeudi Vitali Moutko, à l'agence de presse Interfax. L'IAAF semblait vendredi d'un avis très différent en assurant que la Fédération russe aurait encore eu besoin de "18 à 24 mois" pour se mettre en conformité avec les règles internationaux antidopage.

Vendredi encore, le président russe Vladimir Poutine a une nouvelle fois balayé ces accusations, martelant que la Russie ne disposait pas de programme "de dopage organisé par l'Etat". "Nous allons réagir", a cependant annoncé M. Moutko, sans préciser la nature de cette réaction russe à venir.

"Nous espérons que le Comité international olympique (CIO) pourra corriger cette situation de manière quelconque", a insisté M. Moutko auprès de l'agence de presse R-Sport en faisant référence à la prochaine réunion du CIO mardi.