RMC Sport

JO 2016 : Lochte inculpé au Brésil pour « dénonciation mensongère »

-

- - -

Ryan Lochte n’en a toujours pas fini avec l’affaire du faux braquage par des policiers dont il avait prétendu être victime, ainsi que trois autres nageurs américains, lors des JO de Rio. La police brésilienne a annoncé jeudi son inculpation pour « dénonciation mensongère d’un crime ».

Il avait affirmé, au moment de présenter ses excuses lors d’un entretien accordé à la chaine américaine NBC samedi dernier, assumer « l’entière responsabilité » de ses actes. Il va être temps de le prouver : Ryan Lochte a été inculpé jeudi soir pour « dénonciation mensongère d’un crime », comme l’a annoncé dans un communiqué la police de l’Etat de Rio de Janeiro. Le septuple champion olympique et trois autres nageurs de la sélection américaine – Gunnar Bentz, Jack Conger et James Feigen – avaient affirmés avoir été braqués par des faux policiers le dimanche 14 août à l'aube, alors qu'ils rentraient en taxi au village olympique après une longue nuit arrosée au Club France, dans un quartier huppé de Rio. En réalité, les athlètes ont été filmés dans une station-service où ils sont accusés d'avoir uriné sur les murs et vandalisé les toilettes, avant de se quereller avec le vigile.

A lire aussi : Lochte assume pour l'affaire du faux braquage

Il risque jusqu’à six mois de prison

La police de l’Etat de Rio de Janeiro a demandé à la justice brésilienne d’envoyer une commission rogatoire, de façon à ce que Ryan Lochte soit notifié de la décision aux Etats-Unis, où il réside. Le FBI suivant l’affaire, comme l’ont également indiqué les forces de l’ordre brésilienne la semaine dernière, au cas où des charges pénales devaient être retenues contre lui, le nageur, lâché par tous ses sponsors lundi, pourrait, le cas échéant, être interrogé par un juge américain. Plus tôt jeudi, le site d'informations G1 de Globo avait cité un commissaire de la police de Rio, Clemente Braune, qui affirmait que le nageur serait appelé à faire sa déposition au Brésil. « Une fois cité à comparaître, qu'il vienne ou non à l'audience, la peine est la même : un à six mois de prison », avait-il déclaré, avant d’ajouter : « S'il ne vient pas, la procédure se poursuit sans la présence de l'accusé jusqu'à la décision finale. »

dossier :

Rio 2016

la rédaction avec AFP