RMC Sport

JO 2016, lutte : les entraîneurs mongols finissent en slip pour protester contre l'arbitrage

Lutte

Lutte - AFP

Le lutteur mongol Mandakhnaran Ganzorig  s'est incliné dans la petite finale des -65kg pour la médaille de bronze après une décision arbitrale controversée. Excédés, ses entraîneurs ont exécuté… un strip-tease sur le tapis.

Spectacle très décalé dimanche pour la fin des Jeux olympiques de Rio et les derniers combats en lutte gréco-romaine. Dans la catégorie des moins de 65 kilos, le Mongol Mandakhnaran Ganzorig pensait avoir remporté la victoire dans son match pour la médaille de bronze face à l'Ouzbek Ikhtiyor Navruzov. Mais le lutteur est tombé de haut...

A lire aussi >>> JO 2016, boxe - Tony Yoka : "Je voulais marquer l'histoire de mon sport"

Un strip-tease de colère qui n'aura servi à rien

Parce qu'il a commencé à fêter sa médaille quelques secondes avant la fin, Ganzorig a pris un point de pénalité aux conséquences lourdes puisqu'il a permis à Navruzov de revenir à égalité 7-7. De quoi attiser la colère du clan mongol. Scandalisé par la décision arbitrale, un entraîneur de Ganzorig a commencé à se déshabiller pour protester sur le tapis. Torse nu sous les applaudissements du public, il s'est mis à haranguer la foule. Un autre entraîneur mongol l'a alors imité, allant même jusqu'à retirer son pantalon pour finir en slip sous les « Mongolie ! Mongolie ! » lancés par des spectateurs déchaînés.

A l'arrivée, ces protestations sous forme de strip-tease n'ont rien changé aux décisions des arbitres. Et ce n'est pas le pire : Navruzov a finalement inscrit le dernier point du combat, privant le Mongol Ganzorig d'une médaille olympique. Tout ça pour ça...

dossier :

Rio 2016