RMC Sport

JO 2016, natation en eau libre : Aurélie Muller ou quand la soif de l’or bat le mal de mer

-

- - AFP

La Française Aurélie Muller fera figure de favorite ce lundi du côté du Fort de Copacabana pour apporter une huitième médaille d’or à la France, lors du 10km en eau libre (14h). Pourtant, il y a un an, la nageuse de 26 ans devait abandonner au même endroit lors du test-event… pour cause de mal de mer.

Le stade aquatique olympique n’a pas porté chance aux Bleus (deux médailles d’argent), tant pis il reste le Fort de Copacabana. Pour enfin dégoter l’or dans les eaux de Rio, la délégation française compte sur Aurélie Muller sur le 10 km en eau libre (14h). Et pour cause, la nageuse de 26 ans s’est parée en un an du titre mondial (août 2015), puis continental (juillet 2016).

Dans l’optique de réaliser un époustouflant triplé, la protégée de Philippe Lucas a englouti les kilomètres cette saison. Mais pas seulement. Car, ironie du sort, la native de Sarreguemines souffre du mal de mer. Et pour la première fois depuis son introduction en 2008, la course se déroulera en milieu naturel. Il y a un an, lors du test-event, Muller avait ainsi été contrainte à l’abandon. Dix sessions pour gérer son mal de mer et rééduquer son cerveau à l’hôpital d’instruction des armées de Brest et la Mosellane est guérie.

Philippe Lucas : « L’eau libre, c’est le 421 »

De quoi conserver ses ambitions à la surface : « Que l’on soit favoris ou pas favoris il faut tout faire pour aller chercher la médaille, je vais tout faire pour aller la chercher. »

Ce statut d’ailleurs, Philippe Lucas s’en moque pas mal aussi : « L’eau libre c’est le 421 (jeu de hasard) ! En plus elle n’est pas énorme en ce moment. Mais peu importe, l’eau libre si tu n’es pas dans le bon wagon… C’est comme le vélo, si tu loupes l’échappée, tu vas manger une glace en sortant ! » Pas le meilleur moyen de contrecarrer les nausées.

la rédaction