RMC Sport

JO 2018, halfpipe: avec la Hongroise Swaney, on tient la performance la plus nulle

Elizabeth Swaney

Elizabeth Swaney - -

Elizabeth Swaney, une Américaine de naissance qui défendait les couleurs de la Hongrie aux JO 2018, a été éliminée des qualifications en ski halfpipe ce lundi à Pyeongchang. Une dernière place obtenue après un run surréaliste réalisé sans la moindre figure, avec une prise de risque minimum. A l'image de la façon dont elle a obtenu son ticket pour les Jeux...

Elizabeth Swaney ne participera pas à la finale olympique de ski halfpipe ce mardi à Pyeongchang. Cette athlète d'origine américaine, qui défend les couleurs de la Hongrie aux JO 2018, a terminé à la 24e et dernière place des qualifications. Logique au vu de sa performance tout simplement surréaliste, presque digne d’une débutante (à voir ici). A l’exception d’un alley-oop en fin de run, la Hongroise a pris zéro risque, ne tentant aucune figure, se contentant simplement de monter et descendre le pipe à petite vitesse. Le tout réalisé sans talent, ni classe.

Elizabeth Swaney
Elizabeth Swaney © -
Elizabeth Swaney
Elizabeth Swaney © -

"J’ai vraiment travaillé de nombreuses années pour en arriver là"

"Je ne me suis pas qualifiée pour la finale donc je suis vraiment déçue, a-t-elle commenté. J’ai vraiment travaillé de nombreuses années pour en arriver là." S’il est permis de douter de ses propos, ne doutons pas en revanche de la détermination de cette femme de 33 ans pour participer aux Jeux.

Avant de défendre les couleurs de la Hongrie, dont ses grands-parents maternels sont originaires, Swaney avait déjà tenté sa chance avec le Venezuela dans d’autres sports d’hiver. Loin des pistes, cette ambitieuse née, diplômée d'Harvard, a même tenté de devenir gouverneur de Californie face à Arnold Schwarzenegger !

En halfpipe, celle qui a débuté le ski à 25 ans ne doit sa présence à Pyeongchang qu’à un très grand nombre de participations à des compétitions et surtout à des prises de risques proches du néant. En évitant toute chute, elle a profité de celles de ses concurrentes pour grappiller des points décisifs, s’assurant ainsi une place dans le top 30 en Coupe du monde.

Vers un changement de règlement

Si le run olympique de Swaney a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, ses rivales refusent de la critiquer. "Je suis assez ouverte d’esprit, a commenté la Française Marie Martinod, 2e des qualifications. C’est aussi pour ça que les Jeux sont si spéciaux." Selon le juge Philippe Belanger, la Fédération internationale envisagerait néanmoins une sélection plus restreinte de skieuses… afin d'éliminer ce genre d'athlètes. Mais qu’importe pour Elizabeth Swaney. Elle a déjà réalisé son rêve olympique.

VIDEO >> JO 2018 : il ne manque que l'or à Kevin Rolland