RMC Sport

JO-2020: première journée officielle, premières médailles !

Des anneaux olympiques en bois sont hissés par des participants lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux, le 23 juillet 2021 au Stade Olympique à Tokyo

Des anneaux olympiques en bois sont hissés par des participants lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux, le 23 juillet 2021 au Stade Olympique à Tokyo - Dylan MARTINEZ © 2019 AFP

Cette fois, c'est vraiment parti à Tokyo, on parle plus de sport que de Covid.

Les feux d'artifice sont retombés, la farandole de médailles peut commencer: au lendemain de la cérémonie d'ouverture, la Chinoise Qian Yang a décroché samedi le premier titre des Jeux olympiques de Tokyo, au tir à la carabine.

La Chinoise s'est offerte ce moment de célébrité en dominant au tout dernier tir la Russe Anastasia Galashina, qui évolue sous drapeau neutre en raison de la suspension de la Russie pour dopage. Ce titre est le premier des 339 qui seront décernés au total pendant les Jeux, et le premier aussi de cette journée de samedi où 11 médailles d'or sont en jeu.

Océanne Muller pas loin de l'exploit

La Française Océanne Muller, 18 ans, n'a pas été loin de l'exploit, mais termine finalement 5e.

Au programme ce samedi également, des sports qui font le sel des Jeux olympiques: tir à l'arc, judo, escrime et haltérophilie.

Mais aussi le taekwondo, et un premier grand rendez-vous, avec la course en ligne du cyclisme sur route.

A peine le Tour de France est-il terminé sur les Champs Elysées, que tous les regards se portent sur le Slovène Tadej Pocagar, double vainqueur de la Grande Boucle à 22 ans seulement.

Le parcours de 234 km, près du Mont Fuji, ressemble à s'y méprendre à une grande et belle étape de montagnes sur le Tour, avec notamment cinq ascensions au programme, 4.800 m de dénivelé positif. Le peloton s'est élancé en fin de matinée sous un climat chaud et humide et devant un public assez nombreux le long de la route.

Le juge de paix sera le col de Mikuni (10 km à 10,6% de moyenne avec des passages à 20%), l'avant-dernière difficulté du jour. Le dernier franchissement, au col de Kagosaka, se situe à 18 km de l'arrivée, jugée sur le Fuji International Speedway, jadis utilisé par la F1.

Outre Pogacar et son compatriote Primoz Roglic, les favoris sont Belges (Wout van Aert, Remco Evenepoel) et les Français sont outsiders (David Gaudu). L'arrivée devrait intervenir vers 16h30 locales (09h30 françaises, 07h30 GMT).

La journée va aussi être marquée par les premiers combats en judo, dans son pays natal, un moment fort des JO.

C'est ici même, à Tokyo en 1964, lors des premiers JO tokyoïtes, dans cette même salle mythique du Nippon Budokan, que cet art martial avait fait ses débuts olympiques, tout un symbole.

Sous les yeux d'Emmanuel Macron, Shirine Boukli (-48 kg) a été battue au 1er tour par la Serbe Milica Nikolic. Boukli avait déboulé l'année dernière au plus haut niveau et faisait partie de ces sportifs qui n'auraient pas été à Tokyo l'an dernier, et qui ont bénéficié du report d'un an pour s'inviter. Chez les messieurs, Luka Mkheidze sera le représentant français chez les -60 kg.

En tir à l'arc, Lisa Barbelin et Jean-Charles Valladont sont engagés en double mixte, et possèdent peut-être les meilleures chances de monter sur un podium samedi.

Mais l'escrime, principal pourvoyeur de médailles pour la France dans l'histoire des JO (quasiment un tiers des médailles total), est également à l'affiche, avec l'épée individuelle dames (Coraline Vitalis, éliminée dès le 1er tour) et le sabre messieurs avec Boladé Apithy.

Alors, pour qui sera la première médaille française des Jeux de Tokyo ?

PK avec AFP