RMC Sport

JO 2021 (tir) : Jean Quiquampoix, en or, décroche enfin son rêve olympique

A 25 ans, le Français Jean Quiquampoix a remporté la médaille d'or du pistolet vitesse 25m lundi aux Jeux olympiques de Tokyo. A 25 ans, le Marseillais qui avait tout gagné sauf l'or aux Jeux, décroche sa 2eme breloque olympique après l’argent il y a cinq ans à Rio.

Sur le toit du monde Jean Quiquampoix ! Le tireur tricolore de 25 ans s’est offert la médaille d’or olympique en pistolet vitesse 25m lundi à Tokyo. Le Français qui avait été médaillé d’argent à 20 ans aux Jeux de Rio en 2016 atteint son rêve : celui d’être champion olympique, le seul titre qui manquait à son palmarès long comme un bras.

>> JO 2021, les infos en direct

En finale en mode "Lucky Luke"

Jean Quiquampoix, s’est un peu l’histoire de l’homme qui tire plus vite que son ombre. En finale, où les séries s’effectuent en 4’’ contre 8’’ ou 6’’ en séries, il dit préférer le mode "Lucky Luke" : "A ce niveau, tout le monde est bon en 8 et 6 secondes, donc 4'' c'est le temps le plus difficile où se fait la différence, rappelle-t-il. Très jeune, c’est là où j'ai été le meilleur très rapidement." Cela s’est bien vu en finale du pistolet vitesse 25m où le Marseillais, seul français en finale après l’élimination de son partenaire Clément Bessaguet en qualifications, a écoeuré un par un tous ses concurrents.

Après avoir terminé à la 2eme place des qualif', il a "allumé" les cinq cibles avec une précision chirurgicale en finale. Vite débarrassé du tenant du titre, l’Allemand Christian Reitz, il a sorti le grand jeu avec un impressionnant sang-froid. Et glané la médaille d’or olympique. Son but ultime devant le Cubain Leuris Pupo et le Chinois Yuehong Li, respectivement médaillés d'argent et de bronze.

Il avait tout gagné sauf l'or olympique

Parisien de naissance, Jean Quiquampoix découvre la discipline à 12 ans pendant son adolescence à Antibes où il a toujours sa licence du club de tir. Désormais basé à Marseille, le tireur rêvait de décrocher l’or après avoir gagné l’argent il y a cinq ans à Rio. "Le terme d’obsession est un peu fort mais j’y pense souvent, nous confiait-il avant les Jeux. C’est le seul titre qui me manque." Au mois de juin, le numéro 1 mondial a été sacré champion d’Europe de sa spécialité. Il a aussi gagné la dernière manche de Coupe du monde en Croatie. Un palmarès impressionnant pour un athlète qui a la gagne en lui : "C’est vrai que lorsque je suis aligné sur une finale, j’ai toujours été médaillé, voire médaillé d’or. Statistiquement, j’ai plus de chances d’être devant que derrière mes adversaires..."

Le Français qui se savait favori n’a pas eu peur d’affronter des JO en mode bunker à cause de la crise sanitaire. Le tireur s’accommode plutôt bien de l’absence de ses proches. Il préfère "rester focus" et assure ne pas avoir "de difficulté avec le fait qu'il n'y ait pas de public." Avec ou sans spectateurs, Jean Quiquampoix est de toute façon imperturbable. Et il le sera encore dans trois ans, à l'heure, espérons-le, de défendre son titre olympique à Paris. Il n'aura que 28 ans.

ABr