RMC Sport

JO 2024: les présidents de fédérations publient une tribune pour afficher leur inquiétude

Trente-deux présidents de fédérations de disciplines olympiques vont publier vendredi une tribune pour tirer la sonnette d'alarme sur le budget alloué au ministère des sports, à six ans des Jeux olympiques de Paris. Morceaux choisis.

"Aujourd’hui, le sport français est très inquiet!". C'est par ces mots que débute la tribune qui sera publiée ce vendredi par les présidents de 32 fédérations de disciplines olympiques. Parmi les signataires, Bernard Laporte et Noël Le Graët ont décidé d'afficher publiquement leur inquiétude à l'approche des Jeux olympiques de Paris, qui se dérouleront en 2024.

L'objectif principal de cette initiative est de mettre un coup de pression sur le Parlement, qui débat actuellement du futur budget du ministère des Sports, alors qu'une baisse de 30 millions d’euros est annoncée pour 2019.

"Le sport ne doit plus être considéré comme une charge"

"Incertitude sur les financements, incompréhension des choix politiques, manque de considération pour le mouvement sportif, les citoyens que nous sommes ne comprennent pas pourquoi le sport qui apporte tant est toujours la cible des coupes budgétaires et constitue la variable d’ajustement des gouvernements successifs", peut-on lire dans cette tribune.

"Les moyens alloués sont cette année encore en forte baisse, hors le sport ne doit plus être considéré comme une charge, mais comme un investissement".

"Pour assurer nos missions, il nous faut des moyens"

Jean-Luc Rougé, président de la fédération française de judo, a justifié les inquiétudes de l'ensemble des présidents au micro de RMC Sport.

"C’est la première fois qu’un pays qui a des Jeux Olympiques à organiser a une baisse de budget", regrette-il. "On a Paris 2024 bientôt, il faut bien sûr qu’on ait des résultats sportifs mais il n’y a pas que ça. On a beaucoup de missions de service public, en particulier dans le domaine social, dans le domaine de la santé, de l’éducation. Donc pour assurer nos missions, il nous faut des moyens".

"On voit les montants ridicules qui sont en jeu, je ne comprends pas. Je demande simplement que l’Etat soit raisonnable et qu’il nous donne les moyens qu’il faut. En fonction d’un budget mérité mais qui n’est pas une dépense forte pour l’Etat", explique-t-il.

Cette tribune fait écho à la lettre de 357 athlètes adressée à Emmanuel Macron ce jeudi. Ils protestent eux aussi contre la réduction du budget alloué aux sports pour 2019, et contre la suppression de 1.600 cadres techniques pour 2022 alors que la France accueillera les Jeux olympiques en 2024, avec un objectif de 80 médailles pour les Bleus. 

A lire aussi >> VIDEO. Le coup de gueule de Riner sur le budget du ministère des sports

C. P.