RMC Sport

JO: absent de la liste des Bleus, Lafont déplore le manque de communication de Ripoll

Non retenu par Sylvain Ripoll pour disputer les Jeux olympiques de Tokyo, le gardien de but du FC Nantes Alban Lafont n’a pas particulièrement apprécié de ne pas avoir été prévenu par le sélectionneur des Bleuets.

"La période avant la liste a été assez compliquée. L’établir n’a pas été facile. Ça a été frustrant, agaçant." Pour Sylvain Ripoll, réussir à convoquer 21 joueurs pour disputer les Jeux olympiques de Tokyo cet été (21 juillet – 7 août) s’apparenterait presque à un exploit. Confronté aux nombreux refus des clubs de libérer leurs joueurs à une période qui ne correspond pas aux dates Fifa, le sélectionneur des Bleuets a dû revoir sa copie avant de communiquer sa liste définitive au CIO. Avant cela, il a ménagé certains clubs en ne choisissant qu’un seul joueur même si plusieurs pouvaient prétendre à une participation aux Jeux. A Nantes, par exemple, Ripoll a opté pour l’attaquant Randal Kolo Muani plutôt que le gardien Alban Lafont.

"C'est un peu dérangeant"

Malgré ses 14 sélections avec les Espoirs, l’ancien portier de la Fiorentina (22 ans) n’ira pas au Japon. Pas facile à digérer pour l’intéressé. Surtout sur la forme : "C’est plus de l’incompréhension parce que je n’ai pas eu de coup de fil de la part du coach, a-t-il regretté dans un entretien à Ouest-France. C’est ça qui m’a un peu perturbé. Mais c’est un choix. C’est comme ça, il faut passer au-dessus. Je leur souhaite le meilleur, j’espère qu’ils gagneront." Relancé sur le sujet, Alban Lafont confirme n’avoir pas été contacté par le staff de l’équipe de France : "C’est ça qui m’a perturbé, ce qui était un peu dérangeant mais c’est comme ça."

Malgré ce petit couac, Alban Lafont avoue être vite passé à autre chose. "Je suis en pleine préparation avec Nantes. J’ai d’autres objectifs qui arrivent donc il faut que je me donne à 100 % pour commencer la saison le plus fort possible." Sur son avenir, le gardien assure être toujours Nantais. "Après, on ne sait pas ce qui peut se passer…", conclut-il.

ABr