RMC Sport

JO - Dopage : "Plus jamais ça", martèle Guy Drut

Guy Drut

Guy Drut - AFP

Membre du Comité international olympique (CIO) depuis 1996, l’ancien athlète Guy Drut a pris la parole ce mardi au cours de la 129ème session du CIO qui se réunit jusqu’à jeudi à Rio.

Parlant des affaires de dopage qui secouent actuellement l’institution olympique, Guy Drut a demandé à ce que les « travaux du CIO se réalisent en toute objectivité ». « Même si nous devons le faire au cours d’une session extraordinaire, tellement c’est important », a-t-il insisté. Le champion olympique du 110m haies en 1976 a ajouté avec fermeté en français et en anglais : « Plus jamais ça. Never Again ». « L’héritage, ce n’est pas seulement ce que nous recevons, c’est aussi ce que nous transmettons. Je veux pouvoir continuer à parler à mes enfants et à mes petits-enfants d’olympisme en étant fier », a ajouté le membre du CIO, qui souhaite donc que l’instance se réunisse dans les prochains mois en session extraordinaire pour traiter de la question du dopage.

A lire aussi >>> JO 2016 : un rapport accablant sur un "dopage d'Etat" menace la Russie

Le Prince Albert II de Monaco veut « prendre les décisions qui s’imposent »

Immédiatement après c’est le Prince Albert II de Monaco qui a pris la parole. Il a salué la décision du président du CIO, Thomas Bach, de ne pas avoir exclu le Comité olympique russe dans son ensemble : « La décision est non seulement la bonne, mais c’est la décision que nous voulions. Etant donné le moment et la situation, c’était la seule décision possible. Le 24 juillet, il restait 12 jours avant les JO. Voilà pourquoi la bonne décision a été prise ».

A lire aussi >>> JO 2016 : le CIO n’exclut pas la Russie des Jeux de Rio mais...

Comme Guy Drut, le Prince Albert a également demandé la tenue d’une session extraordinaire : « Nous devrons revenir sur ces questions quand M. McLaren aura publié son rapport complet. Peut-être au cours d’une session extraordinaire. Nous devons nous réunir encore pour prendre les décisions qui s’imposent ».

A lire aussi >>> JO 2016 - Amsalem : "La décision du CIO est dramatique pour le sport"

A.A