RMC Sport

JO Paris 2024: le président de la fédé de handball tacle les basketteurs

Le comité d'organisation de Paris 2024 a décidé de donner raison aux basketteurs, qui joueront leur phase préliminaire à Lille, en lieu et place du handball, qui se retrouve Porte de Versailles, à Paris. Interrogé par RMC Sport, Philippe Bana, président de la fédération française de handball, en a profité pour tacler ses homologues.

Les plans ont changé pour le handball en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. Le comité d'organisation a décidé mardi que la première semaine se jouerait Porte de Versailles, à Paris. Lille reste la ville hôte pour la phase finale des deux compétitions, hommes et femmes.

Par conséquent, le basket change aussi de lieu pour la phase préliminaire, initialement prévue dans un hall du Parc des Expositions de la Porte de Versailles. Finalement, le comité d'organisation a tranché en déplaçant les basketteurs à Lille pour le début de leur compétition.

"On est des gens simples au handball, on nous donne une salle et un ballon, on se débrouille"

Interrogé par RMC Sport, Philippe Bana, président de la Fédération française de handball, a réagi à ce changement: "Aux Jeux olympiques de Londres, on a joué à la Copper Box, il y avait 5 000 places, c'était formidable. Au handball, on est des gens simples, calmes. On nous donne une salle et un ballon, on se débrouille, a taclé le dirigeant. La Porte de Versailles, ça va être merveilleux. Il y aura nos copains du volley, d'autres activités. Il y aura une ambiance olympique très forte. C'est un beau premier étage de fusée avant de partir à Lille, franchement on est contents."

En deuxième semaine, les compétitions de handball iront à Lille, là où le basket se rendra à Paris Bercy. "Personne ne peut les plaindre, estime Bana. La justice, c'est quelque chose de compliqué, quand on a 35 sports à manager et qu'on ne veut pas construire des installations et qu'il y a du budget.... Pour le basket, je pense que c'est formidable. Ils ont fait un Euro 2015 à Lille extraordinaire. Ils vont jouer devant 30 000 personnes, c'est un grand sport, une grande équipe."

"Les Jeux, c'est un truc de partageur"

De son côté, Philippe Bana ne se plaint pas du sort réservé à son sport. Ces derniers mois, les basketteurs français s'étaient insurgés de devoir jouer à la Porte de Versailles, obligeant le comité d'organisation à faire machine arrière. "On aura Paris et Lille où il y aura un demi-million de personnes pour venir nous voir, avec nos deux équipes de France, à partir des quarts de finale. Tout le monde est content", a conclu le président de la FFH.

Néanmoins, l'épisode, à deux ans du début des Jeux olympiques en France, laissera peut-être quelques traces. "Les Jeux, ça reste collectif. Il faut s'habituer à enlever l'ego de sa propre discipline, a lâché Bana. Il faut travailler avec les autres et penser qu'on est un membre de l'équipe olympique, il faut partager. Les Jeux, c'est un truc de partageur."

GL