RMC Sport

JO Tokyo: les associations médicales japonaises redoutent une "catastrophe"

Avec dix départements dans un état d'urgence en raison d'une montée en flèche des infections au Covid-19, le Japon s'apprête à accueillir les Jeux olympiques dans des conditions délicates. Des associations médicales locales redoutent une potentielle catastrophe.

À un peu moins de deux mois du démarrage des Jeux olympiques prévus à Tokyo (du 23 juillet au 8 août), le Japon vit une période délicate. Dix départements japonais, dont celui de Tokyo, sont actuellement soumis à un régime d'état d'urgence en raison d'une recrudescence des infections, et ce dispositif devrait être de nouveau être prolongé vendredi par le gouvernement.

Face à cette montée en puissance du virus, les organisateurs de Tokyo-2020 ont déjà interdit les supporters venant de l'étranger, une première dans l'histoire olympique. Une décision concernant la présence ou non de spectateurs résidant au Japon est attendue en juin.

Une association médicale japonaise a préconisé ce jeudi que les JO de Tokyo se tiennent à huis clos en raison du coronavirus, tandis qu'une plus petite organisation de médecins a demandé l'annulation de l'événement, mettant en garde contre une "catastrophe" potentielle.

Selon de nombreux sondages, le public nippon est largement opposé à la tenue des Jeux. L'Association médicale de Tokyo, qui compte plus de 20.000 membres, n'a pas appelé à leur annulation. Mais son président, Haruo Ozaki, a estimé qu'"organiser les Jeux sans spectateurs serait le strict minimum, compte tenu de la situation actuelle".

Une catastrophe fortement redoutée

M. Ozaki a également exhorté le gouvernement japonais à prendre immédiatement des mesures plus strictes contre le coronavirus, prévenant que c'était "la dernière chance" de maîtriser les infections avant les Jeux.

Mais certains plaident aussi pour l'annulation de ces JO. C'est notamment le cas de Naoto Ueayama, président d'un petit syndicat de médecins japonais. Celui-ci estime que faire venir des dizaines de milliers de sportifs, de membres du personnel, de journalistes et d'officiels du monde entier représenterait un réel "danger", notamment de propagation de variants.

"Initialement, les Jeux olympiques de Tokyo avaient été surnommés 'Jeux de la reconstruction' après le tremblement de terre et le tsunami de 2011 mais (ils) pourraient générer une autre catastrophe", a-t-il indiqué.

Son syndicat représente seulement 130 médecins à travers le Japon. Mais d'autres organisations médicales du pays, dont une association représentant environ 6.000 médecins à Tokyo, ont déjà réclamé l'annulation des JO ce mois-ci.

Luca Demange