RMC Sport

La Chine recrute des entraîneurs français

Pour décrocher le plus de médailles d'or possible, l'équipe olympique de Chine a débauché les meilleurs entraîneurs étrangers, dont plusieurs techniciens français.

Pour attirer ces entraîneurs au palmarès conséquent, les Chinois ne reculent devant rien.

Un exemple avec Daniel Morelon, l'ancien coach de Felicia Ballanger (triple médaillée d'or en cyclisme sur piste). Morelon était à la retraite, il s'occupait simplement du vélodrome de Hyères et n'avait vraiment pas envie de partir vivre en Chine, même pour 18 mois. Pas de problème pour les Chinois, c'est la cycliste Guo Shuang qui s'est installée dans le Var !
« Elle a débarqué le 1er octobre 2007, avec tout un staff avec elle : deux partenaires d’entraînements, un docteur, un kiné et un assistant », nous raconte l’entraîneur français.

Un autre exemple avec Christian Bauer, l'entraîneur français des sabreurs et sabreuses chinois. En Chine, les entraîneurs étrangers trouvent des conditions optimales, et aussi des athlètes dévoués et -on va le dire- corvéables à merci. Christian Bauer n'en revient toujours pas : « Pour eux, seule la médaille d’or compte ! La médaille d’argent ou de bronze ne compte absolument pas. »

D'un point de vue financier, c'est aussi très intéressant pour ces entraîneurs : de 6 000 à 18 000 euros par mois pour les plus gros salaires. De plus en cas de médaille d’or, ils empocheront une énorme prime.

La rédaction avec Pierre Dorian