RMC Sport

La pollution inquiète à Pékin

-

- - -

Même si les autorités chinoises se veulent rassurantes, le dossier pollution est très préoccupant à moins de deux semaines du coup d’envoi des Jeux Olympiques de Pékin.

Selon les autorités chinoises, le plan de lutte contre la pollution a démarré il y a une semaine avec la fermeture des usines les plus polluantes, et la mise en place de la circulation alternée (1,5 million de voitures en moins sur les routes chaque jour).
Vendredi, le gouvernement chinois affirmait d’ailleurs que la pollution avait déjà baissé de 20%, en précisant toutefois qu’il faudrait attendre 20 jours pour qu’on en voit concrètement tous les effets bénéfiques. Le problème, c’est que cela nous mène directement à la cérémonie d’ouverture du 8 août !

Comme c’est un peu juste, Pékin a encore dans sa manche un plan d’extrême urgence si cela ne suffisait pas : encore moins de voitures sur les routes, des usines fermées dans les provinces voisines.

Il faut savoir qu’à Pékin, les particules en suspension PM 10 -le pire polluant- sont de trois fois supérieures au seuil autorisé par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Un danger pour les athlètes ?

En septembre dernier, lors d’une compétition-test de BMX, seuls huit partants sur les cinquante ont terminé la course. Les autres n’arrivaient plus à respirer !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les athlètes ne sont pas rassurés. Le CIO a d’ailleurs été submergé de demandes de sportifs pour utiliser des médicaments contre l’asthme cet été.

Les sportifs qui souffriront le moins de la pollution devraient être ceux qui fourniront un effort bref en extérieur : les sprinters, les lanceurs de javelot, les tireurs…
En revanche, pour les épreuves d’endurance, c’est une autre histoire. Les coureurs de marathons respirent en effet entre 40 et 50 fois par minute, pour bien transporter l’oxygène vers les muscles. Et normalement, l’air qu’ils respirent est composé à 20% d’oxygène. Bien entendu si cet oxygène est moins présent, cela les affectera. Le marathonien Haile Gebreselassie, considéré par beaucoup comme étant le plus grand coureur de fond de tous les temps, a d’ailleurs décidé de déclarer forfait sur le marathon.
Dernière évènement en date : le comité olympique australien a donné l'autorisation à ses athlètes de déclarer forfait dans leurs épreuves, si la pollution est trop importante.

Espérons donc que la pollution ne gâche pas l’aspect sportif des ces JO. Des Jeux déjà mis à mal sur le plan politique par les diverses menaces de boycott.

La rédaction avec Carrie Nooten