RMC Sport

La Russie sort des Françaises magnifiques

Match étouffant entre la France et la Russie dans les quarts de finale du tournoi féminin. Défaite des Bleues après deux prolongations : 32-31.

On est passé tout près de l'exploit pour les handballeuses françaises encore une fois emmenées par une Valérie Nicolas de gala, en quart de finale du tournoi olympique féminin contre la Russie (défaite après deux prolongations 32-31). « J'ai grave les boules du scénario, avoue la gardienne des Bleues. Personne n'a lâché, on était présentes et on vient mourir comme ça... Sur ce match là on méritait vraiment d'aller en demi-finale. Dans trois jours, la plupart des gens auront oublié ce match... Mais pas nous ! »

Transfigurées par rapport à leur prestation pathétique face à la Chine (18-21) en clôture du premier tour, les filles d'Olivier Krumbholz ont tenu les Russes, championnes du monde, à distance toute la première période menant de 4 buts à la pause (16-12) avant de se laisser rattraper dans les ultimes minutes d'une rencontre d'un niveau extraordinaire : 24-24 à la fin du temps réglementaire. Hélas la qualité de jeu des deux équipes était gâchée trop souvent par des décisions d'arbitrage à la limite de la cohérence de la part d'une paire chinoise réputée pour ses bourdes (lire la réaction du coach des Bleues ci-dessous).
Dans une atmosphère irrespirable, la prolongation de 2 fois 5 minutes ne livrait pas son verdict : 28-28 malgré un but français dans la dernière seconde refusé par les deux arbitres chinoises. On repartait pour 10 minutes d'une seconde prolongation dans laquelle les Russes, plus physiques venaient à bout des Françaises, malgré une infériorité numérique dans les deux dernières minutes. La France concède sa 8eme défaite de rang face aux joueuses du bouillant Trefilov. Les Bleues quittent un tournoi olympique où elles auront alterné le médiocre et le bon. Pas suffisant en tout cas pour aller chercher une médaille.

La réaction d’Olivier Krumbholz : « Les deux chinoises, à chaque fois qu'elles arbitrent, elles sont nulles et on les met sur un quart de finale. Moi j'ai 50 ans, je peux relativiser, mais elles, elles n'ont aucune satisfaction sur ce match là, on leur a volé le résultat. Ces messieurs de l'IHF pensaient que l'équipe de France n'avait pas le niveau pour faire un grand match. On se moque du sport, on se moque des sportives professionnelles. Il faut que tous ces gens-là démissionnent et qu'on mette des gens sérieux à la tête de l'IHF. Quand on voit les efforts que font les athlètes, on n'a pas le droit de se comporter comme ça ».

Raphaelle Tervel, l'arrière gauche française aux 160 sélections, craque comme une gamine, complètement abattue par les conditions d'arbitrage de ce quart de finale à couper le souffle : « C'est dégueulasse, on s'est fait voler le match. Elles nous ont tuées. On a rien à se reprocher, on a tout donné, on est allé au-delà de nos limites... quand on voit qu'on perd à cause des arbitres, parce que là franchement, c'est pas à cause de nous, c'est pas à cause des filles... j'ai pas l'habitude de dire ça, mais là c'était trop flagrant : je sais pas comment à ce niveau-là on peut accepter des choses comme ça. J'ai que ça à dire ! »

La rédaction