RMC Sport

Le nouveau roi du sprint

-

- - -

Alain Bernard a changé de dimension le 21 mars en battant le record du monde du 100 m (47’’50). Le colosse français est devenu l’homme à abattre sur la distance reine.

Ses Débuts
Tout comme Laure Manaudou, Alain Bernard commence à fréquenter les piscines à l’âge de 4 ans, pour apprendre à nager tout simplement. Peu à l’aise dans l’eau à ses débuts, le futur recordman du 100 m nage libre se rappelle même qu’il avait du mal à faire la culbute. Gringalet à l’époque, Bernard préférait d’ailleurs porter un autre type de maillot : celui de gardien de but de football. Cependant, sa mère refuse catégoriquement qu’il joue au foot, et son maître-nageur Emile Bonifé le persuade de persévérer dans la natation. Les débuts sont difficiles avec notamment un échec aux qualifications des championnats d’Europe juniors le jour de ses 18 ans, suivi d’un autre loupé avant les Jeux d’Athènes 2004. Mais petit à petit, à force de travail, Alain Bernard finit par remonter la pente avec l’aide de son entraîneur Denis Auguin, et cela jusqu’aux succès qu’on lui connaît.

Sa qualification
Malgré ses deux titres de champion d’Europe (50 et 100m) et son record du monde sur 100 m, Alain Bernard doit passer par les championnats de France pour valider son billet pour Pékin. Le nouveau roi du sprint remporte le 100m en 47’’82 et termine second du 50m derrière Amaury Leveaux, qui en profite en 21’’38 pour lui chiper le record d’Europe (21’’50). Les deux compères défendront également les chances du relais français sur 4x100m qui a battu le record d’Europe à l’occasion de l’Open de Paris.

Son contexte
Pour sa première participation aux Jeux Olympiques, Alain Bernard est le grand favori de la distance reine, le 100 m nage libre. Auteur de trois records du monde cette année (47’’60 puis 47’’50 sur 100 m NL, 21’’50 sur 50 m NL), le double champion d’Europe devra aussi mener le relais 4x100m nage libre avec Fabien Gilot, Frédérick Bousquet et Amaury Leveaux sur le podium olympique. Un défi de taille, mais à la mesure de l’impressionnante envergure de ses bras (2,05m).

La rédaction