RMC Sport

Les Britanniques sur la piste aux étoiles

Chris Hoy

Chris Hoy - -

Avec sept titres olympiques, le cyclisme sur piste britannique a écrasé la concurrence, instiguant le doute dans bon nombre d’esprits. D’autres préfèrent pourtant souligner les moyens mis en œuvre par la Fédération pour expliquer ce succès.

« Je me demande ce qu’ils font pour être meilleurs que nous tous », s’interroge Isabelle Gautheron, DTN de la Fédération française de cyclisme. Les Britanniques n’ont laissé que des miettes à leurs adversaires sur la piste du vélodrome olympique à Londres. Comme à Pékin il y a quatre ans, les sujets de Sa Majesté ont remporté sept des dix titres mis en jeu dans les compétitions de cyclisme sur piste. Seules trois épreuves ont échappé aux griffes des Kenny, Trott, Pendleton et autres Chris Hoy, à savoir l’omnium messieurs, la vitesse individuelle et par équipes femmes.

Si avec neuf médailles tout métal confondu, contre douze en terres chinoises, leur bilan paraît inférieur, ce relatif déclin est à pondérer avec les nouvelles règles qui n’autorisent plus la participation de plus d’un athlète par nation dans chaque épreuve individuelle. Ainsi, la légende Chris Hoy n’a pu défendre son titre en vitesse individuelle, dépassé par le jeune prodige Jason Kenny.

Alors que la polémique enfle autour des performances extraordinaires des pistards britanniques, Florian Rousseau, entraîneur du sprinteur Grégory Baugé battu par Kenny en finale de l’épreuve, a avoué « ne pas avoir de suspicions du tout ». L’ancien triple champion olympique préfère souligner le travail de ses adversaires : « Il y a la phase visible, le matériel,… Et derrière, beaucoup de travail, beaucoup de rigueur, beaucoup de moyens, financiers et humains. En tout cas, c'est plus fort que ce qu'ils ont fait il y a quatre ans. »

Hoy dans l’Histoire du sport britannique

« Nous avons une très bonne équipe derrière nous, qui regarde sans arrêt des vidéos, détaille Jason Kenny, nouvelle coqueluche du public britannique. Entre 10 et 20 minutes avant la course, ils me fournissent toutes les informations que j'ai besoin d'avoir. Ils passent des heures à regarder des vidéos. Et peuvent me dire quoi faire. » Derrière ce succès se cache en effet une formidable machine à gagner dirigée par Brailsford himself, ainsi qu’une équipe entièrement dédiée au bien-être des coureurs et à leurs performances.

Symbole de cette domination sans partage de l’Union Jack sur les disciplines du vélodrome, Chris Hoy n’en finit plus de collectionner breloques et records. Porte-drapeau de la délégation britannique et anobli par la reine après sa razzia de Pékin (3 médailles d’or), le pistard de 36 ans est un modèle. En glanant sa sixième médaille d’or olympique sur le keirin, ce mardi, il est devenu une légende un peu plus imposante encore, dépassant le rameur Steve Redgrave (5 médailles d'or), pour devenir le Britannique le plus titré aux JO. De ses douze ans au plus haut niveau, l’Ecossais taillé dans le roc retire également onze titres mondiaux. Et un statut de moteur d’un cyclisme britannique sur piste qui n’en finit plus de gagner.

Jérôme Carrère