RMC Sport

Les douze travaux d’Estanguet

Tony Estanguet

Tony Estanguet - -

Le double champion olympique de C1 aura 34 ans cet été, mais il n’est pas encore certain d’aller à Londres pour y disputer ses quatrièmes Jeux. En attendant, l’ancien porte-drapeau s’investit de plus en plus dans le mouvement olympique.

Un billet à arracher pour Londres

Présent ces jours-ci à la semaine olympique organisée par le CNOSF à Courchevel, le double champion olympique 2000 et 2004 n’est pourtant pas encore certain d’aller aux Jeux de Londres (27 juillet - 12 août 2012). Le porte-drapeau de la délégation française à Pékin en 2008 est en balance avec le champion du monde Denis Gargaud pour l’unique quota olympique attribué aux céistes. Sourire aux lèvres, comme toujours, le Palois apprécie ce combat franco-français. « Un véritable parcours du combattant » qui s’achèvera en avril prochain lors des sélections nationales. C’est à ce moment-là que Tony Estanguet saura si oui ou non il prendra l’Eurostar cet été. « Ma mauvaise place aux Mondiaux (battu en demi-finale) a été pour moi un rappel à l’ordre. Ça a forcé à me remettre en question. L’envie est toujours là », explique le champion qui espère participer en Angleterre à ses quatrièmes Jeux Olympiques.

Une voix au CNOSF

Si sa route vers Londres apparaît « compliquée » comme il le dit lui-même, Tony Estanguet entend bien prolonger sa carrière olympique par un autre biais : la représentation des athlètes. Depuis le 10 décembre dernier, Tony Estanguet est le nouveau co-président (avec l'ancienne gymnaste Isabelle Sévérino) de la commission des athlètes de haut-niveau du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). Membre de cette instance depuis 2008, le Palois - qui était le seul candidat - a été élu pour remplacer David Douillet, nommé ministre des Sports. Une activité bénévole qui lui permet de siéger au conseil d'administration du CNOSF. « Je deviens l'une des 45 voix qui décident de ce que sera le sport de demain. » Le triple champion du monde devra ainsi se prononcer notamment sur le nom du porte-drapeau des prochains JO...

Un siège au CIO

Il y a deux semaines, le CIO a retenu la candidature du Palois parmi vingt sportifs candidats à la commission des athlètes. Quatre sièges seront à pourvoir lors de l’élection qui aura lieu à Londres pendant les Jeux. Tout athlète ayant participé aux JO de Pékin ou participant à ceux programmés dans la capitale britannique sera éligible par ses pairs pour un bail de huit ans. Une « campagne » que Tony Estanguet prend à cœur. A Courchevel, le Français a longuement discuté avec de nombreux sportifs pour expliquer sa démarche. Un rôle qui semble plaire énormément à l’ex-porte-drapeau de la délégation française. De quoi s’imaginer un futur politique pour Tony Estanguet ?