RMC Sport

Les sabreuses éliminées en demi-finale

L'équipe de France féminine de sabre s'est inclinée en demi-finale face aux Chinoises.

Grosse déception pour les championnes du monde en titre. L'équipe de France féminine de sabre s'est inclinée face aux Chinoises, 45-38. Les Bleues retrouveront les Etats-Unis pour la médaille de bronze.

P. Guichot : « Aller chercher cette 3ème place »
Pierre Guichot, l'entraîneur des sabreuses françaises, analyse cette défaite face à la Chine :
« Il y a un moment au milieu du match où ça bascule de l’autre côté. Il y a eu en effet deux ou trois décisions sur lesquelles on s’est un peu trop focalisé. On savait que pour gagner contre la Chine, chez eux, il fallait mettre plus de touches qu’il n’en faut. Et cela, on n’a pas su le faire. Ensuite, avec quelques touches de retard, il était très difficile d’aller les chercher. Il fallait avoir de grosses ressources pour contre-balancer tout ça. Et malheureusement, on n’a pas su le faire car les filles en face étaient très fortes aussi. [...] C’est une déception, car on avait la prétention d’aller en finale, et pourquoi pas de remporter le titre olympique. Maintenant, tout cela est remis en cause et on va devoir affronter les Américaines qui ont elles aussi perdu leur demi-finale. Elles avaient pourtant monopolisé le podium en individuel et elles se font sortir par l’Ukraine. Maintenant, il va falloir se remobiliser. On a quelques heures pour aborder ce dernier match avec comme objectif cette médaille de bronze. Les filles sont très abattues… On va essayer de les regonfler, mais j’imagine que c’est la même chose pour les Américaines. On va jouer là-dessus et aller chercher cette 3ème place. »

Ch. Bauer : « Un coup de poker contre les Françaises »
Il y aura tout de même un Français en finale en la personne de Christian Bauer, l'entraîneur des sabreuses chinoises. Il nous explique le coup tactique qu'il a spécialement réservé à l'équipe de France : « Les trois Chinoises ont été excellentes. J’ai joué un coup de poker en faisant rentrer notre remplaçante. Face aux Françaises, je savais que ce serait un combat difficile et physique. Notre remplaçante est une fille très forte physiquement, et maintenant je peux le dire : je l’ai préparée spécialement pour affronter l'équipe de France. Même si je suis Français, l’équipe de France est un adversaire comme un autre. »

La rédaction