RMC Sport

Nageur recherche bonne combinaison

Combinaison gagnante pour la LZR Racer

Combinaison gagnante pour la LZR Racer - -

Alors que débutent les championnats de France à Dunkerque, unique passage pour se qualifier aux JO, les nageurs français se lancent dans une véritable chasse à la "combi".

La combinaison Speedo fait des envieux. Avant les championnats de France, tous les nageurs font des pieds et des mains pour obtenir la fameuse LZR Racer. Depuis son lancement en février dernier, on parle même d'une nouvelle ère dans la natation mondiale : 18 records du monde ont été améliorés en grand bassin avec cette combi. Seul problème, tous les nageurs français ne vont pas pouvoir l'enfiler.

En effet, seuls les nageurs internationaux sous contrat avec l'équipementier Speedo pourront enfiler le précieux bout de tissus dimanche, pour le coup d'envoi de ces sélections olympiques. Très peu de modèles sont sortis des usines, et elle ne sera commercialisée que début juin.

Du coup, les "exclus" s'activent pour en dégoter une. C'est le cas de Nicolas Miquelestorena, nageur de Massy en région parisienne : « Tout le monde est à la recherche de la fameuse combinaison : on cherche à savoir si on peut se la procurer en dehors de Speedo ; on va sur internet ; on fait jouer ses relations en appelant des nageurs sponsorisés par Speedo. J’ai déjà passé quelques coups de téléphone et je vais essayer d’en récupérer une pour ces championnats. »

Tyr, l’équipementier de la fédération française, va mettre gratuitement à disposition des combinaisons, mais pas leur tout dernier modèle que l'on dit similaire à la Speedo. Le directeur de la marque en France, Franck Horter (le frère de Lionel), est submergé par les demandes : « On essaye de faire des miracles, mais c’est difficile. Quelques nageurs nous ont téléphoné il y a trois semaines et pour ceux-là, on va essayer de faire des combinaisons sur mesure. Il y a un vent de panique assez fort. […] Je crois que les athlètes se disent qu’ils partent avec un désavantage s’ils n’obtiennent pas une des dernières générations de combinaisons. Et je crois qu’ils ont raison. »

Au guichet réclamations, des entraîneurs voient aussi la préparation de leurs nageurs perturbée par ces questions de chiffon. Philippe Lucas, en contrat personnel avec Arena, sent venir des sélections olympiques mouvementés : « Quelque part, ce n'est pas équitable. Pour une fois, je suis d’accord avec le DTN Claude Fauquet qui avait dit en 1999 qu’il fallait faire attention aux combinaisons. Certes, c’est l’évolution. Mais ce qui n’est pas normal, c’est que les nageurs ne puissent pas avoir le même matériel au départ d’une sélection olympique. Cela aurait été plus simple de dire à tout le monde de nager avec les anciennes combinaisons. Il va y avoir des réclamations, et on va vers de gros problèmes. »

Les championnats de France, qualificatifs pour Pékin, débutent ce week-end. Ils sont à suivre sur RMC.

La rédaction - Julien Richard