RMC Sport

Obry : « S’inspirer de la natation et du judo »

-

- - -

Futur entraîneur national en chef de l’épée et actuel membre de la Dream Team RMC, Hugues Obry juge l’état de santé de l’escrime française après son zéro pointé à Londres. Et veut donner un nouvel élan afin d’entamer un nouveau cycle vertueux.

Après le zéro pointé de l’escrime française aux Jeux Olympiques, tout le monde se tire dans les pattes. Qu’en pensez-vous ?

C’est tendu. Je pense que c’est normal mais c’est nouveau pour nous, on avait jamais connu ça. Je crois qu’il y a beaucoup de gens qui espéraient que ça ne se voit pas aux Jeux pour que l’on puisse rebondir à Londres et repartir sur une olympiade sans rien changer. Là, tout a explosé, mais il faut repartir de l’avant, donner un nouvel élan à l’escrime avec de nouvelles personnes. Parce qu’il y a de nouvelles personnes et de nouvelles équipes qui vont être mises en place. Il faut rester positif, avoir envie de se battre pour trouver des solutions en étant un peu plus inventifs et innovants, à l’image de ce qu’ont fait la natation ou le judo.

«Apporter des choses nouvelles»

Vous allez d’ailleurs participer à ce renouveau en tant qu’entraîneur national en chef de l’épée, après avoir occupé le poste d’entraîneur adjoint…

C’est bien ça, cela a été décidé au mois de mai dernier. Personnellement, je n’avais pas envie de refaire les mêmes choses, on était sur un même cycle depuis quelques années. Il faut désormais que chaque entraîneur apporte sa patte. Avant de vous en parler, j’en discuterai avec les athlètes qui sont les premiers concernés. J’ai l’intention d’amener des choses nouvelles, de donner un nouvel élan, en tout cas à mon arme. Mais lorsque l’on va se concerter avec les autres entraîneurs, j’aimerais que ce dynamisme soit général et pas seulement cloîtré à une seule arme.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le renvoi de Patrice Menon, directeur des équipes de France d’escrime, et sur les mouvements en cours dans les instances de l’escrime française?

Il n’y a rien de nouveau. Cela s’est passé avec le ministère puisque la plupart des dirigeants sont des cadres d’état. Il va y avoir un debrief et le ministère va demander des comptes, à mon avis. Je ne sais pas encore comment ça va se passer mais dans le domaine sportif, on ne peut pas se permettre d’attendre sept mois et des élections pour agir… Il va falloir être très actif dès maintenant. C’est pour cela qu’on va se réunir entre cadres en place dès septembre pour partir tout de suite de l’avant. Il y a des Championnats du monde au mois d’août prochain à Budapest, puis les qualifications pour les Jeux qui vont arriver très vite, donc il ne faut pas s’endormir.

RMC sport