RMC Sport

Ophélie David, le diamant du skicross

La championne du monde 2007 rêve de porter très haut les couleurs de la France aux JO de Vancouver

La championne du monde 2007 rêve de porter très haut les couleurs de la France aux JO de Vancouver - -

Dans un mois à Vancouver, le skicross va faire ses grands débuts aux Jeux Olympiques. Avec en figure de proue, la Française Ophélie David, championne du monde de la discipline en 2007.

Les amateurs de freestyle connaissent parfaitement son nom. Les autres ne vont pas tarder à le découvrir. A 33 ans, Ophélie David a pratiquement tout gagné en skicross. Sauf l’or olympique. Et pour cause, cette discipline de ski acrobatique n’était jusqu’alors pas au programme des JO. Elle fera son apparition à Vancouver dans un mois. L’occasion pour la native du Pas-de-Calais de briller enfin sous les projecteurs internationaux.

« C’est une grande chance de pouvoir faire découvrir notre sport, salive-t-elle. Les JO, c’est la grande vitrine pour les petites disciplines comme la nôtre. » Né aux Etats-Unis à la fin des années 1990, le skicross est une discipline particulièrement spectaculaire. Elle est d’ailleurs toujours inscrite au programme des Winter X-Games, la compétition hivernale majeure des sports extrêmes.

Une compétition qu’Ophélie David a remportée au nez et à la barbe des stars américaines ces trois dernières années. Le principe est simple : quatre skieurs s’affrontent lors d’une course parsemée d’obstacles tels que des bosses, des courbes et des tremplins. Les deux plus rapides se qualifient pour la course suivante. Et ce, jusqu’à la finale, qui se déroule selon les mêmes règles. Un concept distractif qui a craint pour son intégrité à l’heure d’épouser un destin olympique.

Anne-Caroline Chausson, l'exemple

« Lorsqu’on a appris que notre discipline devenait olympique, on a eu peur de perdre notre côté fun, reconnait Ophélie David. Mais la Fédération internationale de ski a compris pourquoi le skicross plaisait aux gens. Donc, on a vite été rassurés. L’essence de notre sport, c’est le spectacle. Il faut qu’il y ait des sauts impressionnants pour marquer les esprits. C’est très télégénique et facile à comprendre pour le grand public. Ce n’est pas pour rien qu’on a accédé si facilement aux JO. »

Fille d’un basketteur hongrois et d’une mère éducatrice, la championne du monde 2007 lorgne vers le Canada avec gourmandise. D’autant que les XXIe Jeux Olympiques d’hiver disposent d’un superbe terrain de skicross. « La piste est très belle, confirme celle qui a passé son enfance à l’Alpe d’Huez. Il y a des mouvements naturels très intéressants. Couplés avec des modules réalisés par un façonneur de bosses, ça peut donner un cocktail vraiment sympa. »

Un cocktail que la jeune maman (d’une petite Lilou) entend bien convertir en or. Pour y parvenir, elle peut s’inspirer d’Anne-Caroline Chausson. Lors des derniers Jeux d’été à Pékin, la Française a remporté la première médaille d’or olympique de l’histoire du BMX. Un bel exemple à suivre. « J’ai eu la chance de croiser Anne-Caroline, c’est une personne géniale. Si j’arrive à réaliser le même exploit qu’elle, j’en serai ravie, lâche la Savoyarde d’adoption. Je vais penser à elle pour essayer de faire aussi bien. Mais en sport, rien n’est jamais acquis. Surtout dans notre discipline avec cette adversité directe et ce risque de chute qui n’est jamais loin. »

Alexandre Jaquin