RMC Sport

Ouédec : « La Chine, une expérience culturelle énorme »

Nicolas Ouédec a connu le championnat de football chinois

Nicolas Ouédec a connu le championnat de football chinois - -

Dernier joueur français à avoir évolué en Chine, Nicolas Ouédec nous donne sa vision sur le football chinois.

Nicolas Ouédec, vous êtes le dernier joueur français à avoir joué en Chine. Quel souvenir en gardez-vous ?
J’en garde un souvenir vraiment extraordinaire. Ce fut une expérience culturelle énorme. C’était vraiment un changement total. Et puis du point de vu du football, je n’aurais jamais imaginé vivre ce que j’ai vécu. Il y avait des stades pleins à craquer tous les dimanches et puis une effervescence autour du football qui est extraordinaire à vivre.

La Chine a-t-elle les moyens de devenir une grande nation du football ?
Au niveau des clubs du championnat, ils sont très bien structurés avec des centres d’entraînements dignes des grands clubs français. En revanche, au niveau international, ils sont toujours un peu à la ramasse. Ils ont même du mal à se mettre au niveau des grandes équipes asiatiques comme la Corée ou le Japon. Sur ce point là, ils ont d’énormes efforts à faire pour rivaliser avec les grandes nations mondiales.

Conseilleriez-vous à des joueurs de football au chômage d’aller tenter l’expérience en Chine ?
J’ai souvent discuté avec des joueurs qui étaient dans des positions difficiles dans des clubs français ou qui voulaient connaître une expérience un petit peu exotique. Souvent, on a tendance à s’arrêter au Qatar ou dans les Emirats. Mais j’ai toujours insisté auprès d’eux à tenter l’aventure en Chine. Après, tout dépend de la façon dont on y va. Je pense que si on part avec la famille, là ça devient difficile. Moi à l’époque, j’étais seul et c’est aussi une raison pour laquelle j’ai tenté l’aventure. Déscolarisé les enfants pour les emmener là-bas, c’est difficile. Après tout dépend également de la capacité d’adaptation du joueur en question. Pour moi, ça s’est bien passé car j’ai su prendre sur moi mais au départ ca a été très dur.

La rédaction - Coach Courbis