RMC Sport

Riner peut-il vaciller aux JO ?

-

- - -

Champion du monde, d’Europe et de France, le colosse a tout gagné. Seul le titre olympique manque à son immense palmarès. A 23 ans, l’heure de la consécration est arrivée. Alors, le titre peut-il lui échapper ? Eléments de réponse.

A 23 ans, Teddy Riner n’a plus rien à prouver. Cinq titres de champion du monde, deux d’Europe, le géant de 2,04m est tout simplement le maître incontesté du judo mondial. Seul le titre olympique manque au Guadeloupéen. Battu en 2008 par l’Ouzbek Abdullo Tangriev au troisième tour du tournoi olympique, il finit tout de même par décrocher la médaille de bronze.

En pleine préparation avec l’équipe de France de judo, Teddy Riner n’a qu’une idée en tête. « L’or olympique, c’est un rêve. C’est comme si je touchais le ciel », certifie-t-il. En gagnant à Londres, il pourrait rentrer dans le cercle très fermé des champions du monde et olympique. Malgré l’enjeu, aucun stress à l’horizon. « Non, toujours pas de stress. Le seul qu’on peut avoir, c’est la peur de mal faire. Le judo est là, la rapidité est là aussi… Mon poids également. Il est tombé, c’est bon », déclare-t-il tranquillement.

Deux ans après les Championnats du monde à Tokyo, Teddy Riner n’a toujours pas digéré sa défaite en finale contre le Japonais, Daiki Kamikawa. « Je ne devais jamais la perdre. Surtout, je suis dégoûté de perdre comme ça aux pénalités. C’est énervant. C’est passé mais il y a toujours un petit goût d’amertume. » Une motivation supplémentaire pour le judoka français. Mais en a-t-il vraiment besoin ?

Mais qui peut le battre ?

Invaincu depuis la défaite contre Kamikawa, aucun judoka ne semble en mesure de le battre. Si le pensionnaire du Team Lagardère est confiant, chaque adversaire est un danger. « Je les redoute tous. Je ne les sous-estime pas, au contraire, je les surestime tous, affirme-t-il. En faisant ça, ça me permet d’être toujours sur mes gardes, d’être confiant et de balancer mon attaque en étant à 100 %. »

Son entraîneur à Levallois, Christian Chaumont, reste prudent… tout y croyant. « Personne n’est imbattable. Il a travaillé dur mais cela va être difficile d’aller le chercher, annonce le coach de Riner. Sa maturité physique s’est accentuée et il a techniquement progressé. Mais cela reste un combat et un contre peut arriver à n’importe quel moment du combat. »

Alexander Mikhaylin (Russie), Andreas Tölzer (Allemagne), Daiki Kamikawa (Japon), Oscar Bryson (Cuba) ou le coréen Kim Sung-Min font partie des rares judokas à pouvoir contester sa suprématie. Qui pourrait battre Riner ? La réponse se trouve parmi ceux-là. Ou pas.

Arthur Didier avec CG et Before London