RMC Sport

Rio 2016 : La France dément un projet d’attentat contre sa délégation

-

- - AFP

Ce mercredi, le gouvernement brésilien a annoncé que la France a démenti l’existence d’un projet d’attentat supposé contre des athlètes français lors des Jeux olympiques de Rio qui auront lieu du 5 au 21 août prochain. Cependant, le Brésil a tout de même annoncé le renforcement de la sécurité durant les JO après l’attentat de Nice qui a fait 84 morts le 14 juillet dernier.

Cette information démentie est plutôt rassurante. Le 26 mai dernier, lors de l’audition du général Christophe Gomart (patron de la direction du renseignement militaire) sur les attentats de janvier et novembre 2015 en région parisienne, avait été évoqué l’existence d’un projet d’attentat contre la délégation française aux JO de Rio. C’est en tout cas ce qu’indiquait le compte rendu de l’audition publié le mardi 12 juillet sur le site de l’Assemblée.

>> A lire : Daesh prévoyait un attentat contre la délégation française aux Jeux olympiques de Rio

« L’information est fausse »

La présidence brésilienne a annoncé ce mercredi dans un communiqué que « le gouvernement français a indiqué au Brésil que l’information selon laquelle un Brésilien supposément lié à l’Etat islamique serait en train de planifier un attentat contre la délégation française pendant les Jeux olympiques de Rio est fausse.» Christophe Gomart a expliqué que l’information « a été analysée par les agences françaises de renseignements, en collaboration avec les organes de renseignements de plusieurs pays, y compris le Brésil » et qu’ils sont arrivés à la conclusion que « l’information est fausse ».

>> A lire aussi : Après Nice, Rio renforce son dispositif antiterroriste pour les JO

Une sécurité malgré tout renforcée

Le Brésil a malgré tout annoncé que son appareil de sécurité allait être renforcé durant ces Jeux olympiques, après l’attentat survenu à Nice le 14 juillet dernier provoquant 84 morts. Il y aura 85 000 membres de force de sécurité (47 000 policiers et 38 000 militaires) qui seront mobilisés pour assurer la sécurité des 10 500 athlètes mais aussi des officiels, journalistes et 500 000 touristes du monde entier attendus pour les Jeux. En effet, bien que le Brésil n’ait jamais subi d’attaques terroristes sur son sol, ne soit pas engagé dans des guerres et soit éloigné géographiquement des foyers djihadistes comme la Syrie, le fait d’être l’hôte d’un des évènements sportifs les plus suivis au monde en fait une cible potentielle selon des experts.

dossier :

Rio 2016