RMC Sport

Sérandour : « Objectif 37 médailles »

Le président du CNOSF s'attend à 37 à 39 médailles pour la France, dont une quinzaine de titres olympiques.

Le président du CNOSF s'attend à 37 à 39 médailles pour la France, dont une quinzaine de titres olympiques. - -

Henri Sérandour souhaite que la délégation française lui ramène un maximum de médailles pour ses derniers Jeux Olympiques en tant que président du Comité Olympique et Sportif Français.

Henri Sérandour, combien de médailles espérez-vous à Pékin ?
Nos objectifs ont été affichés clairement, c'est 37 à 39 médailles. C'est un objectif tout à fait réalisable quand on regarde les bilans mondiaux dans les différents sports olympiques, et je pense même que si ça sourit un peu, on en a quelques unes de plus encore sous le pied. A Athènes il y a quatre ans on est passé à côté avec 33 médailles. Le minimum acceptable sera 35 podiums, et nous tablons sur une quinzaine de champions olympiques.

La préparation et l'installation de l'équipe de France ont-elles été satisfaisantes ?
Oui, je suis tout ça de Paris puisqu'une sciatique m'a empêché de partir en Chine plus tôt. Nos athlètes sont en pleine forme, vaillants et conquérants. Chaque Fédération a mis en place un plan de préparation depuis Athènes pour atteindre les objectifs fixés. Et je n'ai que des compliments du village olympique, où nos athlètes se sentent bien

Craignez-vous des problèmes liés à la sécurité et à la pollution ?
La pollution peut être un vrai problème pour les épreuves de demi-fond, le marathon et le cyclisme. Concernant la sécurité, depuis 1972 (NDLR: A Munich, la prise d'otage d'athlètes israéliens par un commando palestinien avait fait 17 morts) tous les pays organisateurs doivent être très stricts. Le dispositif est en place à Pékin depuis plusieurs mois, mais malheureusement on profite de cette grande fête de la jeunesse mondiale pour mettre la pression.

Quel a été votre message aux athlètes français ?
Profitez-en ! Vous êtes aux Jeux et vous avez mérité d'y être. Profitez notamment de la cérémonie d'ouverture qui est un moment extraordinaire. Et essayez d'avoir les meilleurs résultats possibles.

Quelle est l'image de la France dans le monde olympique après l'échec de Paris pour accueillir les Jeux en 2012, et après le débat autour du port du badge pour les droits de l'homme, que certains athlètes français voulaient porter à Pékin ?
Le rayonnement français reste apprécié. Nos éducateurs sont demandés et sur le plan sportif tout se passe bien. Le badge n'a pas eu de conséquences négatives, on a eu une réponse, c'est comme ça (NDLR : Le CIO a refusé le port d'un badge "universel" demandé par Henri Sérandour). Nos athlètes sont à Pékin pour les Jeux Olympiques, ils savent ce qu'ils ont à faire et ils sauront se conduire.

Vous quitterez vos fonctions le 20 mai 2009. Vous vivez donc vos derniers Jeux en tant que président...
Oui, je veux profiter de chaque instant et être très près des athlètes. Après les Jeux ma succession va s'accélérer. Quelques-uns l'ont déjà en tête.

La rédaction - La Tribune