RMC Sport

Tsoumelaka, Perisic et Contreras dopées à l'EPO CERA

La Grecque Athanasia Tsoumeleka, la Croate Vanja Perisic, et la Dominicaine Contreras ont été contrôlées positives aux JO de Pékin. On connaît dorénavant les six sportifs pris par la patrouille au cours de la vaste opération de tests rétroactifs menés par le CIO.

Sur les six sportifs contrôlés positifs lors des JO de Pékin, il n'en manquait plus qu'un, en fin qu'une, puisqu'il s'agit de l'haltérophile dominicaine, Yudelquis Contreras, 5e à Pékin chez les moins de 53 kg. L'information a été communiqué en fin de journée par le comité olympique dominicain, un aveu qui boucle le feuilleton de ces rétro-analyses de l'EPO CERA, qui aura agité toute la journée après le communiqué du CIO publié mercredi soir, faisant état de six cas positifs à cette EPO de dernière génération, recherchée pour ses effets longue durée.
Après le cycliste italien Davide Rebellin, son homologue allemand Stefan Schumacher et le coureur de 1500 m Rashid Ramzi, deux nouveaux noms ont été révélés cet après-midi, ceux de la Grecque Athanasia Tsoumeleka (championne olympique 2004 du 20 km) et de la Croate Vanja Perisic (800 m).

Tsoumeleka, 9e de l'épreuve à Pékin, avait déjà été contrôlée positive à l'EPO CERA à partir d'un prélèvement effectué avant les Jeux qui s'était initialement avéré négatif mais que l'IAAF avait jugé bon d'analyser une seconde fois avec les techniques propres à la détection de l'EPO de dernière génération. La fondeuse grecque avait annoncé qu'elle mettait un terme à sa carrière lorsque la nouvelle de son dopage avait été révélée le 17 janvier dernier. Perisic, elle, avait été éliminée dès le 1er tour du 800 m à Pékin, en finissant 6e et avant-dernière de sa série.

La rédaction