RMC Sport

Douillet, des tatamis au Quai d’Orsay

David Douillet

David Douillet - -

Retraité depuis onze ans, le double champion olympique de judo était député des Yvelines depuis 2009. Il est également, depuis ce mercredi, secrétaire d’Etat au ministère des Affaires Etrangères en charge des Français de l’étranger.

« L’Outre-mer » répondait David Douillet il y a deux mois et demi, sur RMC, quand il lui était demandé le ministère qu’il préfèrerait intégrer. « Il faut gérer des problèmes de tous ordres, sur des territoires qui sont des bouts de France, expliquait-il. C’est hyper-intéressant. Ce serait très formateur. » Des voyages, l’ancienne star des tatamis en fera dans les prochaines semaines. S’il n’a pas récupéré le portefeuille qu’il souhaitait, le double champion olympique a été nommé ce mercredi secrétaire d’Etat, chargé des Français de l’Etranger, auprès du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes.

Il rejoint donc Alain Juppé au Quai d’Orsay. Le deuxième accomplissement de sa carrière politique, après avoir été élu député des Yvelines en octobre 2009. A l’issue de sa vie sportive, au lendemain des JO de Sydney, le très populaire David Douillet avait continué d’accompagner l’opération des « Pièces Jaunes ». Jusqu’en 2009. Entré à l’UMP en mars, en charge de la vie sportive, il découvrait l’Assemblée Nationale à l’automne. Son nom est ensuite régulièrement revenu du côté du ministère des Sports, où il aurait pu s’installer comme d’autres anciens sportifs, Guy Drut ou Bernard Laporte.

R.Yade lui décernait la « ceinture noire du ridicule »

« Je ne sais pas si je serais un bon ministre des Sports, confiait-il début avril face à ce dernier, dans l’émission Direct Laporte. Ce n’est pas évident. Il y a eu de très bons ministres des Sports qui n’étaient pas du tout issus du sport. » Il fera donc ses preuves ailleurs. Et sera observé de près par certaines personnalités du monde politique. Rama Yade, par exemple, n’avait pas apprécié son ambition de devenir ministre, lui attribuant « la ceinture noire du ridicule ». « Je ne suis pas entré en politique pour avoir des objectifs », assurait-il de son côté. Sur son nouveau terrain de jeu, sa nomination ressemble pourtant à une belle médaille.