RMC Sport

Judo: pas d’hymne national et pas de drapeau pour l'Israélien Tal Ficker à Abu Dhabi

Tal Flicker

Tal Flicker - (IJF)

Vainqueur du Grand Slam d’Abu Dhabi, jeudi, chez les moins de 66 kg, l’Israélien Tal Flicker a été privé d’hymne national et de drapeau à cause de sa nationalité. Pour des raisons de sécurité selon les Emirats arabes unis, qui ne reconnaissent pas Israël.

Tal Flicker, sacré chez les moins de 66 kg du Grand Slam d’Abu Dhabi, jeudi, a eu la désagréable sensation de célébrer sa médaille d’or sur l’air de la musique de la Fédération internationale de judo (IJF). L’hymne israélien a été sciemment zappé par l’organisation.

Le tout pour des raisons de sécurité, rapporte la presse israélienne pour expliquer la décision des Emirats arabes unis. Le drapeau israélien n’est pas non plus apparu pendant la remise des médailles, remplacé là aussi par celui de l’IJF.

Judo: les étranges règles anti-Israël du tournoi d’Abu Dhabi

Un kimono neutre

Flicker, comme sa compatriote Gili Cohen en moins de 52 kg, avait combattu toute la journée sous un kimono neutre, contrairement aux autres compétiteurs, le sigle israélien ayant été remplacé par celui de l’IJF. Ou quand le contexte politique international prend place sur les tatamis. Les Emirats arabes unis ne reconnaissent pas Israël. Flicker, lui, a chanté l’hymne national quand même. A capella. "Je suis fier d'être israélien", a-t-il martelé. 

PSG Judo: Riner n’aura pas de coéquipiers cette saison

VIDEO >> Le Vestiaire: ce match où Zidane avait collé une patate à Desailly

Th.B.