RMC Sport

Riner : « J’ai réalisé mon rêve »

Teddy Riner

Teddy Riner - -

Champion olympique des +100 kg ce vendredi à Londres, Teddy Riner entre dans la légende du judo. Il ne lui manquait plus que la médaille d’or olympique, c’est désormais fait. L’élève Riner succède au palmarès au maître Douillet.

Teddy Riner, vous avez la médaille d’or autour du cou, c’est fabuleux…

Je l’ai enfin ! La médaille est dure lorsque je la croque (rires). Je suis fier et hyper content. Je sais pourquoi je l’ai fait. J’ai enduré beaucoup de choses à l’entraînement. Le résultat est là même si la journée n’a pas été top au niveau de mon judo. Mais j’en ai rien à faire, je suis champion olympique ! S’il faut refaire quatre ans comme cela, je le referai.

Vous avez maîtrisé cette journée de bout en bout…

J’ai beaucoup travaillé sur les mains. Ce vendredi, j’ai rencontré des adversaires qui m’attendaient beaucoup. Je n’avais pas le choix. Il fallait gagner les combats. Même s’il n'y a pas eu de gros ippons, ma victoire est là.

Que ressentez-vous après ce titre olympique ?

Ça claque, ça pète ! C’est un rêve. C’est la totale. Je tiens à remercier tous les fans, tous les supporteurs français qui m’ont supporté. J’ai reçu beaucoup de messages de soutien. Sans eux, je n’aurais pas cette médaille. Ma famille, mes proches et mes partenaires ont également été très importants.

Ce titre est-il un aboutissement ?

Oui. C’est le fruit du travail. Je vais garder cette médaille autour de mon cou un petit moment.

Cette médaille est magnifique…

C’est l’une des plus belles. C’est un rêve que je réalise. C’est beaucoup d’années de travail. Mon père m’a toujours répété que lorsque vous voulez quelque chose, donnez-vous les moyens. J’ai bossé, j’ai cru en moi. Je suis content.

Ces quatre dernières années ont-elles été dures ?

Elles ont surtout été très longues. Il faut se lever tous les matins. Il y a beaucoup de choses à faire. Quand les autres sont au repos, toi tu travailles. Tu vas bosser car tu veux être champion et tu ne veux pas louper une journée comme aujourd’hui (vendredi, ndlr).

Un dernier mot sur l’ambiance de cette salle…

C’était magnifique et électrique. C’est comme dans un rêve. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de public. Londres, c’est Paris ! Je pense que je vais habiter ici (rires).

Propos recueillis par Rodolphe Massé à Londres